Bizutage

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1158 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LE BIZUTAGE
Le bizutage est souvent assimilé à un chahut d'étudiants. Pourtant le législateur a ressenti le besoin de faire une loi et de condamner cette pratique de manière assez sévère. Pourtant des parents d'élèves, des syndicats d'enseignants, des associations de défense des droits de l'homme ont senti le besoin de se regrouper pour faire le Comité National Contre le Bizutage, pour essayerd'éradiquer ces pratiques. Nous pouvons donc nous poser la question si le bizutage, est un moment agréable que l'on passe ensemble, pour faire connaissance et accueillir des nouveaux, ou des pratiques dépassées et extrêmement traumatisantes pour ceux qui les subissent ou même aussi pour ceux qui les font subir ?

DEFINITION :D'après le Larousse, " le fait de soumettre un nouveau à des brimades àtitre d'initiation avant de l'admettre au sein d'une société déterminée ". L'éducation nationale insiste plus sur le volet de la violence : " série de brimades ou d'actes humiliants ou dégradants que les étudiants débutants un cycle se résignent à effectuer ou à subir sous la menace de représailles ou de marginalisation ".

I. HISTORIQUE DU BIZUTAGESes origines remontent au XIIè siècle. Al'université de Paris, le 'béjaune', ancêtre du bizutage, est soumis à des rites initiatiques où la violence et l'humiliation, le sexe et l'alcool vont de paires. Cette tradition s'est continuée pendant le Moyen Age et à l'époque moderne avant de disparaître dans la révolution de 1789.

En 1804, les polytechniciens ressuscitent les mœurs du moyen age et inventent le 'bahutage'. Le but est de souderles élèves au sein de confréries secrètes aux règles strictes afin de faire face à une administration détestée.

Au XIXè siècle, cette dernière mènera d'abord une lutte impitoyable contre les auteurs du bizutage. Mais, par la suite, autorisera les brimades avec une honteuse complaisance.

Pourtant, si la résistance à l'administration n'est plus perceptible, la volonté de forger un esprit decorps subsiste. Parallèlement ces cérémonies s'étendent en restant, toutefois, limitées aux écoles militaires (le terme 'bizut' vient de Saint-Cyr), aux facultés de médecine et aux écoles des beaux-arts. Au cours des années soixante, elles finissent par tomber plus ou moins en désuétude. On peut noter que lorsque la France vit des moments marqués par le progrès, l'espoir et des idéaux nobles dejustice et de fraternité, tels la Révolution de 1789 ou les événements de mai 68, le phénomène régresse. En revanche, au cours des années quatre-vingt, en pleine dépression économique, il réapparaît et s'amplifie. En 1985, Polytechnique renoue avec cette tradition. Actuellement, une grande partie de l'enseignement supérieur la connaît de même que l'enseignement secondaire.

Mais, Depuis 1998, lebizutage est un délit sévèrement puni par la loi. "L'article 225 - 16 -1 du code pénal instauré par la loi N°98-468 du 17 juin 1998 relative à la prévention, à la répression des infractions sexuelles ainsi qu'à la protection des mineurs prévoit que, " hors les cas de viols, le fait pour une personne d'amener autrui, contre son gré ou non, à subir ou à commettre des actes humiliants ou dégradantslors de manifestations ou de réunions liées au milieu scolaire et socio-éducatif est puni de 6 mois d'emprisonnement et de 50 000 francs d'amende. "

Depuis cette loi, le bizutage est interdit comme le dis cette dernière. Mais maintenant le bizutage c'est transformé en " week-end d'intégration ", qui n'est pas aussi " poussé " que le bizutage , mais permet de se connaître un peu plus grâce a desactivités mis en place par les organisateur (bizuteurs ?).

II. SOUMISSIONLe bizutage est une forme de cérémonie rituelle réunissant plusieurs acteurs : les bizuteurs, ou les 'anciens' (de l'école, de la caserne, de l'université...), les 'bizuts', ou les nouveaux arrivants, mais aussi, un contexte social et matériel. Ce phénomène se veut comme objectif premier l'intégration des arrivants à leur...
tracking img