Btsmuc

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2883 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les principaux arts martiaux du monde
avertissement : ce résumé très rapide est destiné à vous permettre de situer votre propre pratique dans le monde très vaste des arts martiaux en général ; il provient d'une synthèse de ce que ma mémoire a subjectivement retenu à partir de lectures diverses et variées, et n'engage donc que ma bonne foi ;de nombreux ouvrages (livres, magazines, sites web) existent sur le sujet et tous ne donnent pas forcément les mêmes renseignements ; l'objectif est de vous aider à associer un nom à des images de pratique martiale que vous pourriez avoir en tête et vice versa ; l'objectif est aussi de vous pousser à réfléchir, à vous renseigner davantage et à vous construire votre propre opinion,et non de vous convaincre d'une réalité historique dont je ne suis moi­même pas certain ... ­­ P.Marty, dernière mise à jour le 28 nov 2006

Kung Fu : En fait ce terme est doublement galvaudé, car primo il s'agit d'une écriture approximative importée des USA (en  pinyin, on écrit plutôt Gong Fu), secundo il signifie simplement "oeuvre de l'Homme". "Avoir un bon kung fu" ne veut donc rien dire de plus que "bien maîtriser son art", quel qu'il soit au demeurant (art martial, poterie, boulangerie ...). Il existe à ce jour plusieurs dizaines de grandes familles différentes d'arts martiaux chinois, ou  Wu Shu, la  majorité d'entre elles se déclinant à nouveau en plusieurs centaines de styles, toujours en évolution à ce jour, au gré de  leur transmission de maîtres en maîtres. Le Wu Shu chinois est l'équivalent linguistique et culturel du Bu Do japonais.Alors que les arts japonais ont tendance à se distinguer clairement les uns des autres (y compris au niveau de la  gestion administrative des fédérations sportives !), les écoles du Wu Shu se fédèrent plus ou moins naturellement sous ce  terme bien qu'affirmant leurs spécificités. On distingue cependant deux grandes catégories :­ arts "internes" (Nei Jia), qui se concentrent sur la recherche d'un développement intérieur (Qi : équilibre mental  et physiologique, concentration, volonté, énergie interne ...) au travers de mouvements lents mais profonds, et dont le  style le plus célèbre est le Taiji Quan ; ­ arts "externes" (Wai Jia), qui se concentrent sur la pratique de techniques de combat pures et dures, et que l'on  regroupe donc souvent (et abusivement) sous l'appellation Kung Fu ; malgré la diversité des styles, on y reconnaîtra  généralement : ­ les styles du Sud (Nan Quan) aux mouvements secs, postures basses et solides, ­ les styles du Nord (Chang Quan) aux mouvements gymniques et aériens, déplacements fluides. Tous les styles, aussi bien internes qu'externes, proposent des techniques de poing, de pied, de lutte (projections, immobilisations, luxations ...) et d'armes (épée, sabre, lance ...). Certains prétendent que le Kung Fu est à l'origine de tous les autres arts martiaux asiatiques. Il aurait été importé  en Chine par Bodhi Darma, qui aurait enseigné la sagesse Bouddhiste, art de vivre venu des Indes et mêlant la discipline mentale (philosophie) à la discipline physique (yoga), aux moines du Temple de la Petite Foret (ou Temple de Shao Lin),  dont l'hygiène de vie laissait à désirer du fait de leur état de réclusion. Les moines ayant été amenés à défendre leur  territoire contre des envahisseurs mongols puis contre des seigneurs régionaux tyranniques auraient alors décliné leur  nouvel art de vivre sous des formes martiales. Après la destruction du Temple par les Mandchous, les moines se sont dispersés à travers le pays et même au delà des frontières, répandant ainsi les diverses variantes de leur art, dont  certaines parfois très différentes du  Shaolin Quan  originel et traditionnel (où l'on retrouve beaucoup d'influence de  l'observation de la nature et des animaux), à l'instar du Wing Chun, qui, bien que transmis par une ancienne none exilée ...
tracking img