Camus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1084 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Analyse de l’extrait de Camus

1. Construction de l’extrait : 3 paragraphes dont chacun décrit l’isolement de la ville pendant la peste :
• le 1er § - on comprend l’existence des souffrances qui ne sont pas les mêmes pour -tous
– ravitaillement difficile (l.2) qui cause
– la spéculation (l.2) et
–  l’accroissement des différencesentre les pauvres et les riches (situation très pénible, l. 4-5) ; en plus, les gens ressentent
– le sentiment de l’injustice (l. 8)
– les pauvres souffrent de la faim (l. 10)

• le 2e § - l’attitude de la presse et le manque de liberté dans celle-ci
- les journaux obéissaient à une consigne d’optimisme (l. 18)- la population se rend compte de la réalité malgré la propagande du sang-froid (personne ne se trompait sur « l’exemple » du sang-froid ; l. 21-22)

• le 3e § - la visite dans un camp d’isolement organisé au stade municipal
- l’isolement devient plus précis, on part d’un isolement global vers un isolement particulier, en passant par ce qu’en dit la presse- la description de camp est détaillée et fait ressortir l’opposition entre le terrains vagues (l. 29-30) qui évoquent la liberté et l’enfermement avec les hauts murs de ciment et des sentinelles aux portes (l. 31-32). Cette opposition est illustrée dans la dernière phrase par une comparaison à deux planètes différentes (l. 39).
- Allusion intertextuellepossible à Campo di Fiori de Milosz.

2. Remarque sur le narrateur
- l.25 apparaît le mot : narrateur et on apprend, par une autre voix, qu’il n’a pas connu les lieux d’isolement (l. 24)
- celui qui parle, parle-t-il de lui-même à la 3e personne ou de qqn d’autre ?
- est-ce l’auteur qui se substitue au narrateur pour dégager saresponsabilité (il n’a pas vu), en se servant des carnets de Tarrou (un personnage) – Tarrou rapporte (l. 27);
- à partir de la l. 28 on ne sait plus qui parle – Tarrou ou le/un narrateur
- celui qui parle a la supériorité d’être allé dans le lieu dont il parle
- volonté de brouiller les voix narratives

3. Le rôle et laprésence du narrateur
• les marques de la présence du narrateur dans le texte :
- le pronom on (l. 1, 3, 12, 13)
- le possessif nos (l. 7)
- des remarques et des éléments d’analyse : l. 5-9 : sur les effets de la peste et le sentiment d’injustice
- l. 9 sur l’égalité de la mort (avec le modalisateur bienentendu) ;
- l.10 – il sait ce qui se passe dans l’esprit des pauvres (les pauvres pensaient)
- l. 11 – la nostalgie qu’ils éprouvent
- l. 12 – l’explication de ce fait
- l. 18 – l’adverbe naturellement (ironie) – le narrateur n’est pas dupe des consignes officielles
- la comparaison quisuit (l. 20-22).

• toutes ces marques définissent le rôle du narrateur :
- il voit les choses de l’intérieur
- il y participe
- il raconte en commentant qui font de lui un observateur de la situation ;
- un sociologue et un psychologue
- un penseur qui ne reste pas indifférentà ce qu’il voit
- il cherche à expliquer, à comprendre, s’interroge sur le sens de ce qu’il voit

4. L’aspect historique des faits rapportés et la métaphore de la ville en quarantaine

• le 1er § - situation de pénurie :
- difficultés de ravitaillement (l.1-2)
- denrées de première nécessité qui manquaient (l.3)...
tracking img