Charles baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2061 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Charles Baudelaire 1821-1867
Une jeunesse orageuse
« Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage
Traversé çà et là par de brillants soleils. »
Ch. Baudelaire
« L'innocent paradis »' et l'exil originel
Charles Baudelaire, parisien de naissance et lié à Paris par toutes ses fibres, a connu une petite enfance heureuse : son père, riche rentier de soixante-deux ans, amateur d'art, hérite desgoûts raffinés du XVIIIe siècle : l'enfant grandit au milieu des bibelots rares, des livres, des tableaux, et conservera toute sa vie la passion, sinon les moyens de les acquérir. On peut imaginer le jeune Charles, « enfant, amoureux de cartes et d'estampes »², nourrissant sa rêverie exotique des images anciennes que lui montra son père : « glorifier le culte des images (ma grande, mon unique, maprimitive passion) », notera-t-il plus tard (Fusées, XXXVIII). La jeunesse et l'élégance de la jeune Madame Baudelaire l'auréolent auprès de son fils d'un prestige semi-divin.
L'harmonie familiale se brise avec la mort du père et le remariage rapide de la mère avec le commandant Jacques Aupick: homme d'action et d'ordre que l'enfant ne pourra jamais aimer, et qui servira au jeune homme decontre-modèle dans son choix de vie. Charles conservera le sentiment qu'en se remariant, sa mère l'a trahi : ressentiment assez fréquent chez un enfant sensible et possessif, mais qui persistera anormalement, ce remariage prenant figure, pour le poète, de chute originelle, loin du paradis de l'enfance et de l'amour.
Baudelaire y verra même une malédiction initiale, destinée à peser sur ses passionsféminines ultérieures, toujours ardentes et toujours trahies.

Adolescence : solitude et tentations
Interne quelques années dans un sombre collège de Lyon (ville où le commandant Aupick est promu général), Baudelaire est ensuite mis au lycée Louis-le-Grand, lorsque la famille revient s'installer à Paris. A quinze ans, l'adolescent passe pour un sujet brillant, mais pour un condisciple farouche etsolitaire : il s'exalte des élans fiévreux du René de Chateaubriand.
Après son baccalauréat, il s'inscrit à la faculté de droit, mais songe surtout à fréquenter la « bohème » du Quartier latin, milieu où se côtoient artistes marginaux et jeunes gens en rupture - parfois provisoire - de bourgeoisie. Il connaît une attirance secrète pour le monde de la déchéance qui l'entoure : alcooliques attablésdevant le verre d'absinthe, prostituées sous la lumière blafarde des becs de gaz. Mais, déjà, il s'agit d'une attirance de poète, qui désire par l'écriture sublimer et peut-être racheter la dégradation dont il a le spectacle : voilà ce qu'annonce, par-delà la personne de son inspiratrice, Sarah dite «Louchette », un des premiers poèmes du jeune homme, dédié à une fille perdue.
Tristes tropiques
Pourl'éloigner de ses mauvaises fréquentations, la famille Aupick décide d'offrir un long voyage à ce garçon de vingt ans : on l'embarque pour Calcutta, sur le « Paquebot des Mers-du-Sud ». Mais le jeune homme se claustre dans sa cabine et s'abandonne à une mélancolie inquiétante. Il séjourne quelques semaines à l'île Maurice, puis à l'île Bourbon (actuelle Réunion), et saisit la première occasion deregagner la France. A-t-il déjà découvert que « le fini des mers » ne pouvait satisfaire « l'infini » du cœur3 ? Dure réalité, brisant le mythe proposé par les « images » de l'enfance, le voyage n'enseigne qu'un « amer savoir »4.
Ces souvenirs tropicaux - soleil, paresse, « loisir embaumé » - trouveront toutefois une valeur positive lorsqu'ils serviront à nourrir le thème de l'évasion, loin de «l'ici » insupportable paysages à nouveau rêvés sous forme « d'images », images poétiques des Fleurs du mal..
Trois années de dandysme
A vingt et un ans, de retour à Paris, Baudelaire peut enfin disposer de l'héritage paternel - une petite fortune : son train de vie devient coûteux et raffiné. Il s'entoure de meubles de prix, d'objets d'art, de tableaux. Son élégance vestimentaire,...
tracking img