Charles nodier

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3497 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
A CT A IA S SY EN SI A CO M P AR AT IO N I S, 6/ 2 008
____________________________________________________________

____________________
RAŢION AL-IR AŢION AL / R ATION AL-IRR ATION AL / R ATIONNEL-IRR ATIONNEL

ALEXANDRA JELEVA Sofiyski Universitet „Sv. Kliment Ohridski”

La (pseudo-) rationalité du fantastique romantique
Mots clés : fantastique, romantisme, vraisemblance, discourspseudo-rationnel Résumé : Le texte se propose d’aborder le concept de fantastique à la lumière de certains textes théoriques de l’époque romantique. La réflexion s’articule autour de la notion de vraisemblance. Elle s’appuie sur les définitions de G. Genette et de J. Kristeva et met l’accent sur la production d’un discours argumentatif pseudo-rationnel destiné à fournir un alibi à la fiction.

«Que le monde positif vous appartienne irrévocablement, c’est un fait et sans doute un bien; mais brisez, brisez cette chaîne honteuse du monde intellectuel, dont vous vous obstinez à garrotter la pensée du poëte. »1 Cet extrait de l’essai de Nodier Du fantastique en littérature met en évidence une antinomie entre le rationnel et l’irrationnel. En effet, une certaine tradition existe qui considère lefantastique romantique comme une réaction contre le positivisme et le rationalisme hérités du XVIIIe siècle, comme une expression privilégiée de l’irrationnel2. Cet aspect est particulièrement présent chez Nodier. Les critiques qu’il formule à l’égard du progrès et de la science (parodie du jargon des médecins dans La Fée aux miettes, prédilection pour le personnage du fou qui aurait un avantagegnosique sur l’esprit rationnel3), vont de pair avec un certain passéisme : en opposant la crédulité du passé au scepticisme du présent, il constate la dépoétisation progressive de la pensée4.
1

Charles Nodier, « Du fantastique en littérature », in Contes fantastiques, Charpentier, Paris, 1874, p. 30 2 Cf. par exemple Pierre-Georges Castex, Le Conte fantastique en France de Nodier àMaupassant, José Corti, Paris, 1987 3 « Que sais-je, infortuné qu’ils appellent fou si cette prétendue infirmité ne serait pas le symptôme d’une sensibilité plus énergique, d’une organisation plus complète, et si la nature, en exaltant toutes tes facultés ne les rendit pas propres à percevoir l’inconnu? » (Charles Nodier, « Une heure ou La vision », in Contes, Editions Garnier Frères, Paris, 1961, p. 21). 4« […] il faut lutter à la fois contre le prosaïsme d’une parole usée, contre la monotonie d’une création trop décrite, où les savants ne voient plus que des agrégations capricieuses de molécules élémentaires, contre la sécheresse de ce cœur de cendres que porte la société actuelle et qui ne palpite plus. Cela est difficile et admirable. Mais la poésie des choses, où est-elle maintenant sur laterre? […] Ce grand voyageur épique de l’antiquité serait bien surpris aujourd’hui s’il avait à recommencer sa fable immortelle! On lui apprendrait que sa Circé n’est tout au plus que la Narina de Levaillant ou l’Obéréa de Bougainville. Ses sirènes, ce sont des phoques ou des veaux marins; Charybde et Scylla, des roches; Polyphème, un Patagon borgne et anthropophage. Heureuse influence desdécouvertes et des progrès! » (Charles Nodier, Paul ou La Ressemblance, op.cit., p. 644)

238

A CT A IA S SY EN SI A CO M P AR AT IO N I S, 6/ 2 008
____________________________________________________________

____________________
RAŢION AL-IR AŢION AL / R ATION AL-IRR ATION AL / R ATIONNEL-IRR ATIONNEL

Ces observations permettent de dégager une caractéristique essentielle du fantastiqueromantique : l’introduction d’un critère intellectif dans la réception de l’œuvre. Le merveilleux d’Homère n’est plus recevable, parce qu’il n’est plus conforme au code cognitif dominant. D’autres théoriciens du fantastique de la même époque font également du principe rationnel (le bon sens) un critère déterminant permettant de juger de la valeur esthétique de la fiction :
En un temps où on est las...
tracking img