Commentaire chapitre 6 de candide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1621 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Candide, chapitre VI, l’autodafé

1. Autodafé : à la fois jugement et cérémonie par lesquels les hérétiques condamnés devaient faire « acte de foi ».
2. Le Biscayen, parrain d’un enfant, a épousé, malgré l’interdiction, la marraine de ce même enfant, sa « commère ». Les deux Portugais, eux, en refusant de manger du lard, c’est-à-dire du porc, révèlent leur appartenance à la religion juive.2. Présentation du passage

Candide est constitué de trente chapitres qui se suivent un peu comme les maillons d’une chaîne, constituant à la fois des épisodes indépendants et des étapes dans la progression du héros. Le chapitre VI est centré sur la cérémonie de l’autodafé. Dans ce passage, Voltaire s’en prend à l’Inquisition, tribunal ecclésiastique fondé au Moyen Age et chargé de garantir lesrègles catholiques en condamnant les hérétiques.
On s’attachera à montrer qu’à travers ce récit à tonalité ironique, Voltaire émet un certain nombre de critiques.
3. Les axes de lecture

a. Un récit : une nouvelle péripétie

De nouvelles aventures
On retrouve la présence des deux héros du conte, Candide et Pangloss dont on suit depuis le début les aventures, et apparaissent de nouveauxpersonnages, qui ne réapparaîtront plus, le Biscayen, les Portugais et « les sages du pays » qui représentent des autorités religieuses de l’Inquisition. On remarque déjà une opposition entre les victimes individualisées et l’Inquisition présentée comme une foule sans visage (récurrence du pronom indéfini « On » dans le récit de l’autodafé).
Un récit comme un tout autonome
On a affaire à unenarration (présence de temps spécifiques au récit : l’imparfait et le passé-simple), un récit, une histoire contée en plusieurs étapes :
• Le 1er paragraphe évoque, avec les marques de la succession temporelles, les circonstances et la décision des sages : la cause en est le tremblement de terre et la conséquence un autodafé. Le caractère assuré du résultat est souligné : c’est un « secretinfaillible », le « moyen le plus efficace ». L’autodafé alors qu’il sera le sacrifice de personnes « brûlées à petit feu » est évoqué comme un « spectacle », presque une « grande cérémonie » !
• Le 2e paragraphe est la description et le récit de l’autodafé : se succèdent la présentation des victimes et de leur crime, les préparatifs de l’autodafé, et « huit jours après », leur exécution.
• Le 3eparagraphe évoque les réactions de Candide et dresse un bilan des diverses expériences vécues par le personnage.
• Le dernier alinéa sert de transition avec le chapitre suivant. Cela montre bien que chaque chapitre forme une sorte de tout mais est relié à l’ensemble de la narration.
→ Ce texte est donc bien narratif et il est emblématique de l’écriture voltairienne qui se caractérise par satonalité ironique.

b. La tonalité de l’extrait

La cérémonie décrite est un événement sans aucun doute tragique puisque l’épisode s’achève sur l’exécution de quatre des cinq condamnés. Pourtant Voltaire, par le recours de différents procédés, fait sourire le lecteur.
L’absurde
Il consiste à mettre en corrélation deux événements qui n’ont rien en commun, à poser des liens logiques là où iln’y en a pas, à introduire un décalage entre un fait et son interprétation, de façon que l’événement paraisse étrange et dépourvu de sens.
On note un décalage entre les faits reprochés et le châtiment : le biscayen est seulement « convaincu d’avoir épousé sa commère » ; le participe passé jette un doute sur la vérité du fait. De même les deux portugais ont seulement « arraché le lard » et rien neprouve qu’ils ne voulaient pas le manger. Pangloss est accusé d’avoir seulement « parlé » mais le contenu du discours n’étant pas précisé, la condamnation paraît absurde. Quant à Candide, l’Inquisition lui reproche d’avoir « écouté avec un air d’approbation » : la condamnation paraît disproportionnée et l’appréciation du crime bien subjective, comme le prouve la tournure « d’un air ».
Ainsi...
tracking img