Commentaire ddhc

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2254 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire de texte : La DDHC, 26 août 1789

La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789 est le texte qui marque l’apogée de l’idéologie de la révolution française. Il concentre en quelques lignes toutes les principales revendications d’un peuple en lutte depuis des décennies contre la société d’Ancien Régime à laquelle il est soumis.
Sa rédaction a lieu durant lapériode marquante qu’est la Révolution française : l’idée révolutionnaire est née d’une volonté de changements structurels profonds: il s’agissait de « rendre » le pouvoir à ceux qui étaient gouvernés. La révolution a éclaté à cause de l’incapacité du pouvoir à s’adapter à des conditions nouvelles. Après des moments marquants du début de la Révolution française, comme la prise de la Bastille le 14juillet ou l'abolition des privilèges dans la nuit du 4 août, les députés de la récente Assemblée Nationale Constituante, qui par le serment du jeu de paume le 20 juin 1789 ont juré de ne pas se séparer jusqu'à l'établissement d'une Constitution, vont voter une Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen (DDHC). Celle-ci sera composée de 17 articles, votés un par un entre le 20 et le 26 août, etformera le préambule de la Constitution du 3 septembre 1791 sous la 1ere République. Aujourd'hui, cette DDHC est mondialement connue, et les droits qu’elle proclame en 1789 se retrouvent dans les déclarations libérales contemporaines (Comme par exemple dans la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 qui proclame dans son article 1er que '"tous les êtres humains naissent libres et égauxen droit")
La DDHC fixe les « droits naturels, inaliénables et sacrés de l’Homme », pour le bonheur de chacun dans le respect de tous. Elle est destinée en grande partie à fixer par écrit les droits acquis lors de la nuit du 4 août 1789. C’est ce texte qui dessine à l’avance les points généraux qui seront abordés par la première Constitution française. Aujourd’hui encore, la Déclaration figure àl’entête de la Constitution de la Vème République. On peut distinguer quatre parties principales dans la Déclaration : tout d’abord le préambule pose les fondements, les buts, les limites et la justification du texte. Suivent les articles 1 à 4: ceux-ci concernent des préoccupations politiques et démocratiques. Ils énoncent les grands principes organiques nécessaires à la survie d’un ordredémocratique. Les articles 5 à 9 mettent la loi au centre de leurs préoccupations. La fin de la Déclaration, soit les articles 10 à 17, énonce toute une série de droits constitutionnels.

En quoi la DDHC de 1789 constitue-t-elle le fondement d’une société en rupture avec l’Ancien Régime ?
Après avoir montré en quoi la DDHC constitue une lutte contre l’Ancien Régime, nous montrerons qu’elle pose lesprincipes d’une société nouvelle.

I/ La lutte contre l’Ancien Régime
Les buts principaux de la Déclaration sont tous animés par la lutte contre l’Ancien Régime. (A) La DDHC est une proclamation solennelle des vérités simples, évidentes et incontestables. Nul ne pourra désormais réduire ces vérités à néant: elles sont écrites, donc impérissables.(B)

A) Des buts clairement en rupture avecl’Ancien Régime
La première phrase de la DDHC assied la position de l’Assemblée Nationale comme étant représentante du peuple français. C’est cette représentation qui lui confère son caractère de souveraineté. On ne parle non plus d’Etats-généraux, mais d’Assemblée Nationale pour bien marquer la nouvelle vocation des députés. Ceux-ci deviennent non seulement le nouveau législateur, mais plus encorele constituant. On ignore complètement le pouvoir royal, au profit des droits de la Nation, représentés par l’Assemblée Nationale.
Le préambule constate l’existence des « droits naturels, inaliénables et sacrés » de l’Homme. Ces droits ont pour seule origine la nature humaine, fondement premier, et doivent donc être reconnus et protégés. Ils sont inaliénables car sacrés, et on les place...
tracking img