Commentaire de texte : freud, l'avenir d'une illusion

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1244 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans ce texte, Freud tente d'analyser la religion. La religion c'est le sentiment que l'homme ne s'est pas donné lui-même l'existence, qu'il dépend d'un Être qui le dépasse infiniment. Sociologiquement, les religions sont les divers cultes organisés (avec leurs dogmes et leurs rites) pour rendre hommage à Dieu. Cette analyse est définie en opposition entre religion et science. La Science est laconnaissance relative à des phénomènes obéissant à des lois et vérifiés par des méthodes expérimentales. Pour ce faire, Freud tient un discours sur la place de celle-ci dans la vie des hommes d'hier et d'aujourd'hui. Il analyse le statut de la religion dans l'existence de l'homme et l'oppose à la science de façon à savoir si elles ont une même utilité. Il fait apparaître pourquoi la science ne peutpas rivaliser avec la religion, pour ce faire il examine les trois fonctions qu'elle remplit auprès des hommes et les conséquences auprès d'eux. Science et religion ont-elles les même utilités ? En d’autres termes, de la religion ou de la science laquelle garantit une satisfaction pour l’homme ?


Très habilement Freud commence par un hommage apparent pour qu'on ne croit pas qu'il est departi pris dans la délicate question que posent les religions. En fait il enveloppe une critique radicale, sous prétexte de comparer la religion et la science. Est grandiose, en effet ce qui en impose, ce qui exerce une puissance. Mais une puissance peut-être trompeuse. La religion informerait, c'est-à-dire quelle répondrait à une question que la curiosité pose, ici il s'agit de trouver l'origine etla constitution du monde, la création de l'univers. La religion permettrait de croire, garantirait la protection c'est-à-dire l'aide du ciel et de la divinité et bonheur. La religion règle les conduites par des préceptes moraux qu'elle appuie de toute sa puissance. La religion s'acquitte de trois fonctions: elle a un triple rôle. Elle satisfait trois désirs.
La première fonction de la religionassouvi le désir humain de savoir. La science et la religion s'efforcent de satisfaire la curiosité par un savoir. La science, par ses propres moyens, a sa propre méthode pour établir un savoir toujours provisoire. Cette méthode est différente de celle de la religion qui déclare savoir par une révélation divine. Le chercheur sait qu'il croit et c'est pour cela qu'il cherche. Mais la religion et lascience en compétition pour satisfaire la curiosité. La religion semble, à qui ne réfléchit pas, mieux armée car elle satisfait le désir par une affirmation sans rien laisser d'incertain. L'âme est immortelle car c'est une étincelle divine. Pour Freud, cette satisfaction d'un désir étant imaginaire, c'est une illusion.
En premier lieu, la religion apporte des informations sur l'origine et laconstitution du monde. L'homme ayant une soif immense de savoir. Afin de lui permettre de comprendre la création, elle répond aux interrogations humains : Freud nous montre que la religion fait la même chose que la science car elle aussi veut nous expliquer la conception du monde. Cependant chacune d'elle nous la transmet de manière différente. La religion en nous demandant d'adhérer à la fois sansremise en question possible, et en ayant une connaissance des textes sacrés. La science elle, nous enseigne avec des preuves et qui se justifie. L'une est donc irrationnelle et l'autre rationnelle.
La science apporte incontestablement une aide à l'homme, mais elle ne va pas aussi loin que la religion. En effet, cette dernière prend en compte l'ensemble des désirs et des inquiétudes des hommes ;elle nourrit croyance, espérance et action, alors que la science se borne à ce qu'elle peut atteindre méthodiquement et rationnellement. Ainsi, là où la science avoue ses limites, la religion embrasse l'existence humaine dans la globalité de ses aspirations; ce faisant, elle la rend moins angoissante.

Dans la deuxième fonction, la religion apaiserait c'est-à-dire endormirait, calmerait,...