Commentaire droit grotius

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1724 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Grotius est un juriste des Provinces Unies. Ce dernier a établi la théorie du droit naturel (jus naturalisme) au XVII ième siècle. Le droit naturel correspond à l’observation de la réalité et de la déduction de lois qui se doivent etre juste. De plus, celui-ci est basé sur la nature de l’homme, nature qui est par essence bonne. En effet, les normes du droit naturel proviennent des sentiments deshommes, car ceux-ci sont moraux par nature et qu’ils sont voués à la finalité de la condition humaine qui se veut juste, morale droite et vouée à la mort.. A l’opposé, Kelsen, juriste du XX ième siècle soutient une tout autre thèse, celle du droit positiviste. Ce dernier consiste à avoir un ensemble de normes basé sur un système logique. En effet, une norme est soit valide soit invalide et elle nedécoule pas des sentiments humains, mais d’une autre norme supérieure approuvée vraie. Elle est objective. Ces deux auteurs sont des juristes de droit écrit, qui soutiennent une thèse différente mais qui partent d’un même fondement : la création du droit. Ce fondement constitue un but commun, celui-ci , va se fonder sur la validité des normes, et cette dernière quant à elle va différée selon quelle appartienne a la théorie jus naturaliste ou positiviste. En effet Grotius voit la création du droit basée sur la nature de l’homme et son intelligence (I), plus précisément que l’homme est un être moral par nature. Ainsi l’entendement social découlerait donc de la volonté de l’homme. Kelsen de son côté voit la création du droit basée sur un système logique : les normes (II). Plusprécisément, le fondement de la validité d’une norme est hypothétique .Cependant l’ordre (le système) qui en découle repose dessus.

I) La création du droit basée sur la nature de l’homme et son intelligence.
A) L’homme est un être moral par nature

L’homme est un être doté de caractères moraux, car c’est son essence propre. De plus, l’homme est pourvu d’une faculté que tout animal ne possède pas: le langage, c’est ce qui fait de lui sa spécificité en tant qu’être. En effet, c’est par ce langage qu’il peut exprimer son contentement ou son désaccord et ainsi trouver un terrain d’entente avec son interlocuteur. Parfois, le langage ne suffit pas à régler un litige alors les deux parties ont recours à la loi. Puisque que ces derniers sont bons et moraux, ils adhérent et respectent lejugement qui est attribué pour mettre fin à leur discordances. Bien plus, il n’existe pas que le langage comme moyen visant à l’entendement social, à une complète harmonie en société. En outre, c’est également parce que l’homme est intelligent qu’il sait qu’il a des devoirs et des obligations à respecter si il désire tout simplement atteindre la connaissance (source de bonheur chez beaucoup dephilosophes ) mais aussi préserver sa vie. C’est pourquoi l’homme peut modérer sa puissance et sa soif de grandeur au profit de sa progéniture et d’un entendement avec ces confrères. Si l'homme n'est pas en capacité de maîtriser ses besoins, ses envies, il va à l'encontre de la nature humaine. C’est pourquoi l’homme ne doit pas laisser corrompre son jugement par des faits extérieurs, des jouissancespassées, présentes ou futures qui obstruent sa vision objective au risque « d’être contraire au droit de la nature, c’est-à-dire de la nature humaine ».

Dès l’or, en droit naturel, l’enfant qui nait se voit attribué le sentiment de compassion ce qui lui permet d’aider son prochain et de l’aimer selon la volonté de Dieu. Depuis notre naissance jusqu’à un âge mur, notre existence est dévouée àautrui, au bien être en société, c’est ainsi que ce crée l’entendement social.

B) L’entendement social découle donc du droit naturel qui n’est autre que la volonté de l’homme.

L’homme pour vivre en harmonie avec autrui doit avoir la volonté de vivre en respectant des règles fondamentales, « des principes généraux » et donc maîtriser ses ardeurs face à ses désirs pour qu’il ne fasse pas...
tracking img