Comparaison marx nietzsche

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (297 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Il s'agit bien d'un pont, et non d'un but. Le devenir n'est pas « dirigé » l'existence humaine ne comporte aucune finalité ( Comment l'homme pourrait-ilêtre « grand » s'il était dirigé ? ). Le destin ( en latin, fatum ) qu'aime le Surhomme ( amor fati ) n'a rien d'un cheminement logique, prévisible et rassurant :il s'agit plutôt d'un chemin qu'il crée lui-même.

La corde est tendue entre la bête et le Surhomme : l'homme est un être transitoire, une étape dans lacréation du supérieur à partir de l'inférieur, du surhumain à partir de l'inhumain, du plus à partir du moins. Poussé par la volonté de puissance ( la vie meme ),l'être humain peut transformer en une oeuvre harmonieuse le chaos dont il est issu.

Sous la corde, sous le pont, se trouve l'abîme : la participation de l'humainau devenir, c'est-à-dire à son propre dépassement, est une entreprise risquée et dangereuse rien ne lui assure qu'il réussira à se surmonter lui-même. Cetteidée de risque, de danger, est importante à plusieurs égards : d'abord, elle empêche de considérer le mouvement de l'inférieur au supérieur comme un cheminementprédéterminé ; ensuite, elle confère à l'existence humaine son caractère tragique, c'est-à-dire marqué par l'intensité de la douleur et de la joie ; de plus, elleest reliée à l'idée d'inégalité entre les êtres hu¬mains, puisque ce ne sont pas tous les individus qui sont forts et héroïques enfin, elle donne à l'existencesa dimension ludique : tel le funambule sur sa corde, l'être humain jouit des défis que lui pose la vie et, à travers eux, c'est de lui-même qu'il jouit.
tracking img