Conception freudienne et marxiste

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2149 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA CONCEPTION MARXISTE DE L’ÊTRE HUMAIN
-------------------------------------------------
FONDEMENTS THÉORIQUES DU MARXISME
Philosophe, économiste et homme politique allemand, Karl Marx prime d’abord la conception naturaliste de l’être humain. On peut affirmer qu’il est un naturaliste, car on lui doit la création du matérialisme historique et dialectique, donc il cherche avant tout de trouverdes réponses réelles à ses hypothèses. Pour ce qui est de l’économie, Marx expose une thèse concernant le rapport entre la vie économique et la vie des sociétés. Cette thèse se résume en disant que le mode de production engage les individus dans des rapports sociaux qu’ils n’ont pas choisis, que les forces et les rapports de production constituent la base économique de la vie sociale(infrastructure), qui conditionne les institutions et les façons de penser (superstructure). De plus, l’activité économique, c’est-à-dire la façon dont les humains organisent la production et la distribution des biens de consommation, constitue le moteur des changements culturels. Dans l’économie du type capitaliste, la recherche du profit constitue le moteur de l’économie, la motivation première de ceux quipossèdent les capitaux et les moyens de production. Cependant, Marx critique le capitalisme industriel et selon lui, le profit provient du fait que l’employeur achète, moyennant salaire, une marchandise bien particulière, qui n’est rien d’autre que le travail de l’ouvrier. Donc, si on continue dans cette optique, le profit devient le but premier de la production industrielle, mais modifie lerapport entre le travail et la satisfaction des besoins vitaux. Cela ne va pas sans avoir de conséquences ailleurs, car Marx propose le concept d’aliénation pour qualifier la situation du travailleur dans le contexte du capitalisme industriel. Ce qu’il entend par aliénation est bien la porté de sa critique sur la vie économique, qui e situe au-delà de la simple constatation de l’exploitation dutravailleur. Marx parle de trois formes ou moments essentiels de l’aliénation du travail. On peut parler de dépossession des fruits du travail qui rend l’ouvrier privé des produits de son travail, il y a la dépersonnalisation du travailleur, car il ne peut s’affirmer, il fait un travail monotone et répétitif, ne peut pas se réaliser ou développer ses talents. Puis, on parle de déshumanisation quand onrendu à différencier deux catégories d’individu. Ceux qui travaillent en échangent d’un salaire et ceux qui tirent leur salaire de ceux qui travaillent. Bref, Marx critique de nombreuses choses sans toutefois les arranger de la meilleure façon qui soit.

-------------------------------------------------
LA NATURE HUMAINE
Selon Marx, l’être humain est un être de travail. Le travail s’impose commeune activité spécifiquement humaine, Marx situe l’être humain dans une classe à part parmi les êtres vivants. De plus, le travail exige en effet le concours de la pensée et de l’imagination et pour finir, ce même travail exige le partenariat avec la volonté lorsque le travail est plus ardu ou demande plus d’effort. Il expose trois fonctions principales du travail, dont celle d’humaniser la nature,car les humains doivent maîtriser la nature pour la transformer par la technique et l’industrie pour assurer la satisfaction de tous les besoins humains. Ensuite le travail a pour fonction de réaliser les possibilités de l’être humain, car en transformant le monde sensible, l’être humain se heurte à la résistance de la nature, ce qui lui fait mettre en œuvre toutes ses capacités physiques etintellectuelles. Le travail est donc à la fois une dure nécessité et une possibilité offerte à l’être humain de développer ses habiletés et ses facultés. Finalement, le travail socialise l’être humain par un projet collectif. C’est-à-dire que les besoins les plus ordinaires ne peuvent être effectués tout seul. Pour cela, on a besoin de la coopération de toute la société pour subvenir aux besoins de...
tracking img