Conflit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 21 (5049 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Conflits ethniques en Côte d'Ivoire
Introduction Les étrangers et les allochtones contribuent au développement de la Côte d'Ivoire par leurs activités d'ouvriers agricoles, de planteurs pour les uns et de pêcheurs pour les autres. Leur grand nombre fait qu'ils sont nécessaires pour le développement. Lorsque les conflits se produisent dans les secteurs d'activité dans lesquels ils sont présents,il y a des perturbations à travers lesquelles les Ivoiriens se rendent bien compte de l'importance de leur rôle dans le pays. Les étrangers ont développé les secteurs d'activité qui étaient au départ considérés par les nationaux comme peu porteurs ou travail de femme. A titre d'exemple peuvent être cités le maraîchage, le sarclage, la récolte agricole, la vente de l'attiéké accompagné de poissonsfrits. En général, ils dominent les nationaux dans les petits métiers. Eu égard à ce qui précède, ils sont importants pour le développement du pays. Cependant, il y a bien longtemps que les litiges fonciers et halieutiques existent entre eux et les ethnies ivoiriennes. Ces litiges touchent aussi les allochtones. Le présent travail retrace l'historique, fait la typologie des conflits, dégage leursconséquences et indique leur évolution dans ces deux dernières années. Il s'appuie sur une bibliographie ancienne et récente, et s'accompagne de cartes géographiques des ethnies concernées et des régions touchées. I - TYPOLOGIE DES CONFLITS Il y a deux choses qui sont à l'origine des conflits en Côte d'Ivoire. Il s'agit de la terre et de l'eau. Elles donnent respectivement lieu à des litigesfonciers et halieutiques. A - Litiges fonciers 1 - Les causes Les causes des litiges fonciers sont : La recherche de la main-d'œuvre agricole loin des zones de culture : du Nord de la Côte d'Ivoire vers le Sud ; du Burkina Faso vers les zones forestières de la Côte d'Ivoire ; de l'Ouest de la Côte d'Ivoire vers les plantations de rente du Sud et de l'Est, est à l'origine de la mise en place d'unepopulation allogène et allochtone en conflit avec les autochtones. Il en ressort que le développement agricole et le manque de machines agricoles sont la cause des conflits qui opposent les ouvriers agricoles d'hier et leurs chefs d'exploitation. L'agriculture arbustive dite culture de rente (café et cacao) et l'exploitation forestière ont fait rétrécir la forêt comme une peau de chagrin, la faisantpasser de quinze millions (15 000 000) d'hectares en 1960 à moins de trois millions et demi (3 500 000) hectares en 2001. Bien que la caféiculture et la cacaoculture sont appelées cultures de rente, de nombreuses plantations sont abandonnées pour cause d'improductivité et de mort de plantes. De ce fait, la Côte d'Ivoire a plus de jachères que de forêt. Et ces populations sont plus que jamais enquête de forêt. Cette situation paradoxale est l'une des causes des litiges fonciers. Comme si cela ne suffisait pas, d'autres cultures qui monopolisent en général le sol telles que l'hévéaculture et la palmeraie industrielle et villageoise sont en développement. Le fait que l'agriculture n'est pas destinée à satisfaire les besoins des nationaux dans l'immédiat, mais par détour par les devises aggraveles tensions du fait de la paupérisation. En plus de cela, l'inadéquation formation / emploi qui se traduit par le retour à la terre de certains déscolarisés vient grossir le nombre des paysans. Ceux-ci procèdent à des revendications et à des retraits de terres occupées par les allogènes et par les allochtones. La politique du retour à la terre des jeunes, celle de l'installation des jeunesagriculteurs modernes et de l'auto-emploi agricole sont de plus en plus développées et encouragées. A cette politique, s'ajoutent les licenciements qui drainent un certain nombre de déflatés qui n'espérant plus trouver du travail vont vers la terre. Il y a aussi le déplacement des populations vers des zones arables à la suite de la construction des barrages hydroélectriques de Taabo et de Kossou...
tracking img