Copenhague

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1951 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Ce n’est seulement aujourd’hui que nous commençons à se rendre compte des conséquences de nos actes. On tente de rassembler nos forces pour faire un changement. Effectivement, au cours de la décennie passée plusieurs rassemblements ont été remarqués. Le sommet du protocole de Kyoto, en 1997, a commencé à nous ouvrir les yeux sur notre situation critique. Depuis, plusieurs autres réunions ont eulieu, ce qui consiste en quelque sorte, l’après Kyoto et l’avant Copenhague. L’environnement est un enjeu qui touche toute le monde. Par contre, chaque pays n’a pas la même opinion sur le sujet. Par exemple, on peut dire que le Canada et le Québec ne sont totalement pas dans le même terrain de jeux concernant Copenhague. Le Canada ne voulait pas vraiment faire parti de ce sommet tandis que leQuébec aurait voulu prendre plus de place au sein du rassemblement. La présence du Québec à la conférence de Copenhague, comme membre participatif (ayant le droit de parole), aurait-elle été pertinente? Selon moi, oui, le Québec aurait pu apporter beaucoup à la conférence en tant que membre participatif. Notre province fait parti des leaders en matière de gestion environnementale. Ainsi nous sommestrès actifs dans la lutte contre les GES[1] . De plus, on peut dire que le Québec a fait des efforts remarquables au cours des dernières années pour changer ses habitudes. Cela mérite d’être souligné.

Premièrement, notre province fait partie des grands leaders en matière d’environnement en Amérique du Nord. «Le Québec est là où l'action se passe. Nous avons été le premier
gouvernement enAmérique du Nord à mettre en place une redevance sur les hydrocarbures. Par notre adhésion au WCI nous confirmons notre position de leadership et notre volonté souvent exprimée de permettre l'essor de la bourse du carbone à Montréal. Le Québec démontre que les États et les provinces peuvent agir concrètement contre les changements climatiques»[2], a déclaré Jean Charest. Effectivement, nous sommes unmoteur au sein des sommets climatiques. Copenhague visait à trouver un accord permettant de réduire l’émission de GES pour lutter contre le réchauffement planétaire. On a tenté de rassembler le plus de pays concernés (192) pour les convaincre des avantages des objectifs qui leur sont proposés. Les pays doivent aussi s’entendre sur différents autres aspects importants, notamment l’aide aux payspauvres, la coopération technologique et les mesures d’adaptation aux impacts des changements climatiques. Tel que limiter le réchauffement de +2 °C d’ici la fin du siècle. De plus, les pays riches devraient diminuer leurs émissions de GES de 25 à 40 % de moins d’ici 2020. Tandis que les pays en développement on un petite marge de manœuvre de 15 à 30 % moins d’émission de gaz[3]. La préparationd’un traité international comme celui-ci est un processus extrêmement complexe. Tout est à discuter, des données de base jusqu’aux questions pointues sur la déforestation. Mais pour les pays développés comme le Canada, les deux questions principales sont les suivantes : De combien allons-nous réduire nos propres émissions? Ainsi que quelle sera l’ampleur de l’aide financière que nous fournirons auxpays en développement pour les aider à combattre les changements climatiques? Souvent le Québec se détache un peu de toutes les autres provinces. Notamment, l’Alberta s’oppose fermement aux accords de Copenhague. Car elle possède une forte industrie pétrolière et ne compte pas arrêter d’exploiter leur ressource bientôt. Même si ils produisent 29% de l’émissions canadienne de GES, ils pensent plutôtadhérer à cet accord serait une grosse perte financière. Environ 450 000 employés seraient mit à la porte, il y aurait une hausse d’impôt sur les revenus et une augmentation du prix de l’essence. Il est certain que quelques problèmes sont insolvables comme l’inflation du prix de l’essence. Car la ressource devient de plus en plus rare tandis que la demande augmente constamment. Cependant,...
tracking img