Cours sur l'investissement

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 23 (5516 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
C H A P I T R E

2

L’investissement matériel en net recul
Recul de l'investissement matériel en 2002 Le contexte géopolitique, l’absence de perspectives de demande et une situation financière peu propice ont conduit les chefs d’entreprise à ajuster fortement leurs dépenses d’équipements en 2002. Après une stagnation en 2001, l’investissement productif de l'industrie manufacturière (ycompris les IAA) a baissé de 9 % en 2002. Mesuré par rapport à la valeur ajoutée, l’effort d’investissement retrouverait son niveau de 1999. En particulier, l'investissement a continué de reculer dans le secteur des biens intermédiaires, et il s’est fortement contracté dans les secteurs des biens d’équipement. En 2003, une reprise est possible au second semestre, mais bridée par les modestesperspectives de la demande. Progression ralentie des investissements immatériels Touchées par la stagnation de l’activité, les dépenses de R&D des entreprises et les dépenses de publicité connaissent des évolutions croisées en 2001 et 2002 : accélération des dépenses de R&D des entreprises en 2001 (+5 %) et stagnation en 2002 ; stagnation des dépenses de publicité en 2001, croissance modérée en 2002. Laprogression des investissements immatériels est nettement infléchie dans cette conjoncture peu favorable. L'effort de R&D des entreprises, après s’être élevé à 1,4 % du PIB en 2001, retrouve en 2002 le niveau des années antérieures (1,4 % du PIB). Cet effort doit être amplifié en vue de l’objectif national et européen d’un effort de recherche global correspondant à 3 % du PIB à l’horizon 2010. Lesouci de renforcer l’innovation des entreprises Si les demandes de brevets progressent au ralenti, l’effort d’innovation technologique des entreprises industrielles s’est maintenu entre 1996-1998 et 1998-2000 : quatre entreprises industrielles sur dix innovent technologiquement, en produits ou en procédés. En revanche, l’utilisation des technologies de l’information et de la communication, vecteursd’innovation organisationnelle, a progressé parmi les entreprises industrielles. Ces performances n’apparaissent pas encore suffisantes pour lever les inquiétudes quant au maintien à terme de leur compétitivité hors prix. Ainsi que le souligne le Plan Innovation 2003 du gouvernement, la relance et le soutien à l’effort d’innovation des entreprises constituent une priorité.

25

Recul del’investissement matériel en 2002
En 2002, l’environnement, tant économique que boursier ou géopolitique, a été particulièrement défavorable aux projets d’équipement. Confrontés au ralentissement de l’activité et à un climat de forte incertitude vis-à-vis de la demande, les entrepreneurs ont été conduits à limiter au maximum les dépenses et à différer leurs dépenses d’équipement. Cette prudence répond ausouci des industriels de préserver leurs résultats, après que la prise de conscience début 2002 de la dégradation des comptes financiers ait pesé sur les cours boursiers et sur les conditions de crédit dans leur ensemble.

T1 – Taux d’investissement (INV / VA) depuis 1996 (en %)
Ensemble PMI Gdes ent. 1996 12,9 11,4 13,9 1997 12,1 10,6 13,0 1998 12,5 11,7 12,6 1999 13,0 11,9 13,5 2000 14,3 12,415,3 2001 14,4 12,4 15,6 2002* 12,9 10,9 14,0

Source : Sessi, EAE

Champ : entreprises de 20 salariés et plus de l’industrie manufacturière (hors IAA). Nota : 2002* : premières estimations du Sessi (PMI de moins de 500 salariés et grandes entreprises de plus de 500 salariés).

Secteurs les plus touchés : les biens intermédiaires et d’équipement…
Ce sont les entreprises des secteurs desbiens intermédiaires et des biens d’équipement, les plus sensibles à l'évolution de la conjoncture internationale, qui ont freiné le plus fortement leurs investissements : respectivement –16 % et –14,8 %. Dans le secteur de l’automobile le recul de l’investissement est moins marqué (-4 %), et la progression de l’investissement dans la pharmacie (+6,8 %) entraîne une stagnation dans l’ensemble...
tracking img