Croissance fluctuation et crises

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 5 (1027 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 14 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 2 : Croissance, Fluctuations et Crises

I. Les différents aspects de la croissance économique :
A. Les aspects démographiques de la croissance économique :
1) Évolution de la population et sa mobilité :
a) Évolution de la population :
La croissance démographique résulte de l’accroissement naturel de la population (nombre de naissance – nombre de décès) et du solde desmouvements migratoires (nombre émigrés - nombre immigrés).
Les principales évolutions de la population française concernent :
* La baisse des taux de fécondité de 1,9 enfants par femme, 1,2 en Allemagne.
* Le vieillissement de la population qui résulte de la baisse du taux de natalité et de mortalité.

b) La mobilité professionnelle et géographique :
La mobilité professionnellec’est le changement de position professionnel entre 2 périodes de sa vie : changement de qualification, de statut, de secteur d’activité.
Cette mobilité peut être voulue ou imposée, voulue lors d’une promotion ou bien imposée par l’évolution économique. L’évolution économique s’impose donc une forte mobilité professionnelle avec des changements de fonction, de qualification, de statut, de secteur. Onpeut donc penser que la croissance économique est favorisée par toutes les mesures qui visent à adapter et préparer la main d’œuvre aux mutations professionnelles nécessaires.
La mobilité géographique concerne la mobilité d’une personne entre 2 régions, elle peut être due au désir d’améliorer son cadre de vie mais également d’ordre professionnel.

2) Lien entre croissance économique etcroissance démographique :
En dessous d’un certain niveau de population, la croissance démographique exerce un effet positif sur la croissance économique en raison de l’accroissement de la demande, en raison du dynamisme de la population et également des économies d’échelle → produire à plus grande échelle avec le même nombre de facteur de production.
Au-dessus d’un certain niveau de population, leseffets négatifs apparaissent avec une limitation de l’offre, il y a moins de travail, des effets socio-culturels négatifs qui entraînent la loi des rendements décroissants.
Ainsi sur un territoire donné insuffisamment peuplé l’accroissement naturel de la population entraînera une croissance plus rapide et donc une augmentation du produit par tête. Mais au-delà d’un certain niveau les effets defreinage se feront ressentir sur la croissance économique.

B. Les facteurs institutionnels :
Le rapport Armand Rueff dresse une liste des obstacles à la croissance économique, obstacles liés aux structures économiques et sociales.

* Les obstacles liés aux structures économiques :
* Le protectionnisme (agricole)
* La distorsion des prix et des coûts dus au manque deconcurrence
* Réglementations trop sévères dans certains domaines.
* Les obstacles liés aux structures sociales :
* Syndicalisme, en exerçant une pression dans la protection de leurs intérêts. Dans le cas de la France, de nombreuses réformes institutionnelles ont cherché à porter secours à certaines rigidités : l’indexation des prix. Il semble qu’à l’avenir on puisse trouver des facteursfavorables à la croissance économique, à la fois dans une meilleur organisation de l’entreprise, grâce à une meilleur conception de l’État, grâce à des formations adaptées.

II. Fluctuations, cycles et crises économiques :
A. Différents types de fluctuations :
1) Fluctuations conjoncturelles :
Au XIX ème siècle, l’économiste français Clément Juglar montre que l’activité économique estconstituée d’une succession de phases.
Juglar remarque une régularité de ces phénomènes et considère que la reproduction de ces phases se reproduit au cours du cycle d’une durée de 8 ans en moyenne.

Parallèlement d’autres cycles plus courts étaient observés avec les cycles de Kitchin, des cycles de 6 mois à 1 an. Cependant après 1945, on continue d’observer les fluctuations économiques avec...
tracking img