Croissance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2120 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Modèle de Harrod-Domar
Le modèle Harrod-Domar est le premier modèle économique formalisé de la croissance. Ce modèle a ouvert la voie aux modèles modernes de la croissance, en particulier au modèle de Solow. Le modèle Harrod-Domar vise à étendre sur la longue période la Théorie générale de Keynes, qui ne portait que sur le court terme. Tout comme la Théorie générale, le modèle de Harrod-Domarvise à faire ressortir le caractère instable de la croissance économique, et la nécessité de l'intervention étatique. Dans le modèle Harrod-Domar, rien ne garantit qu'une économie soit sur un sentier de croissance stable.
Le modèle de Harrod et celui de Domar sont proches, même si leurs problématiques ne sont pas identiques. Domar ne cherchait qu'à attirer l'attention des Keynésiens sur les effetsde l'investissement sur le plein emploi au-delà de la courte période tandis que Harrod visait à dynamiser la théorie keynésienne pour en faire un modèle de la croissance de long terme. Domar abandonnera d'ailleurs son modèle au profit du modèle néoclassique de Solow.

-------------------------------------------------
Le modèle de Domar
Tout investissement a deux effets. A court terme, aumoment où il est réalisé, il augmente la demande globale puisqu'il implique une demande de biens de production. Au-delà de la courte période, l'investissement a également un effet sur l'offre : il conduit, en effet, en dehors des investissements de remplacement, à accroître les capacités de production. Keynes, dans la théorie générale, néglige volontairement et explicitement le second effet : dans lamesure où il se situe dans la courte période, l'investissement n'exerce un effet que sur la demande, effet dont Keynes affirme qu'il dépend de ce qu'il appelle le multiplicateur d'investissement.
La problématique de Domar consiste à prolonger l'analyse keynésienne des effets de l'investissement sur la longue période. Domar se demande donc à quelle condition l'accroissement du revenu est compatibleavec l'augmentation des capacités de production. Autrement dit, Domar veut déterminer les conditions qui permettent à l'augmentation de la demande d'être suffisante par rapport à l'augmentation de l'offre que suscite l'investissement.
Du côté de la demande, l'effet de l'investissement est analysé à travers le multiplicateur d'investissement keynesien. On a donc, en notant ΔQd, l'augmentation dela demande :
 (1)
Où le multiplicateur d'investissement m vaut :

Avec c qui est la propension à consommer.
Si on note s la propension à épargner, on a, par définition, . Par conséquent, (1) peut s'écrire :
 (2)
D'autre part, l'investissement augmente l'offre. En notant cette augmentation de l'offre, ΔQs, on a :
 (3)
Où k est le coefficient de capital, qui correspond à l'inverse de laproductivité du capital. Domar présuppose, en effet, que la productivité du capital (Y/K) est constante : chaque unité de capital supplémentaire engendre la même croissance supplémentaire.
Pour que la croissance soit équilibrée, il faut que l'augmentation de la demande soit égale à l'augmentation de l'offre, donc que , c'est-à-dire en arrangeant (2) et (3) que :
 (4)
On constate en regardant (2)et (3) que l'effet d'offre de l'investissement est proportionnel à cet investissement, alors que l'effet sur la demande est proportionnel à la variation de l'investissement, ce qui laisse supposer que rien ne garantit que la croissance de le demande soit suffisante pour valider la croissance de l'offre. Rien ne garantit donc que la croissance soit équilibrée.
Plus précisément, en postulant, commele fait Domar, que le coefficient de capital est constant, le taux de croissance de l'investissement est égal au taux de croissance (ΔI / I = g). L'équation (4) signifie donc que pour que la croissance soit équilibrée, il faut qu'elle soit égale au rapport s / k. Or, la propension à épargner, le coefficient de capital et le taux de croissance de la production sont indépendants les uns des...
tracking img