Devoir

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (695 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
(Née en 1931, Fatma Baïchi a vécu toute son enfance et son adolescence dans la Casbah d’Alger. Couturière à domicile, voilée, elle ne sort qu’accompagnée d’un de ses trois frères. Mais elle rêve departiciper à la guerre de libération et y arrive grâce à son plus jeune frère. Arrêtée et torturée en septembre 1957, elle est détenue en prison jusqu’en mai 1960.)
Le plus terrible à Serkadjice sont les exécutions. J’étais dans le dortoir le plus proche de la porte et ,quand je ne dormais pas, j’entendais, à cause d’un gros tuyau qui passait près de ma paillasse, le grincement du portailqu’on ouvrait. Alors je savais ... je commençais à trembler ... je réveillais les soeurs ... Après on entendait crier le chahid : « Allahou Akbar (Dieu est le plus grand), Tahia El Djazaïr (Vivel’Algérie) » et tous les frères répondaient. Vite on se levait, on s’accrochait aux grilles, on grimpait les unes sur les autres pour arriver aux tambourins et on chantait des nachid : Min Djibalina (de nosmontagnes),Ikhouani la tensaou chouhadakoum (mes frères n’oubliez pas vos martyrs) et de nombreux autres. Il y avait des filles qui s’évanouissaient, certaines faisaient même des crises cardiaquescomme Colette Chouraqui, d’autres pleuraient. Tout de suite le hall se remplissait de CRS avec leurs matraques. Ils voulaient nous faire taire, nous leur jetions tout ce qu’on trouvait :des chaussures,desmorceaux de savon noir, de l’eau de javel ... Ils essayaient de nous taper avec leurs matraques, ils demandaient les clés aux surveillantes : « Donnez les clefs, qu’on rentre les mater ». Elles nevoulaient pas. Après chaque exécution nous refusions la nourriture, nous faisions le ramadan ; pour celles qui ne croyaient pas, c’était la grève de la faim.Nous tombions malades à cause des exécutions.Puis nous avons été transférées à El Harrach. Au procès, j’ai eu cinq ans avec sursis. Je suis sortie mais j’ai été emmenée au camp de Beni Messous. J’ai encore été interrogée. Ils avaient un...
tracking img