Dissert

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1027 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Première partie : les lois de l’hérédité ou la continuité entre génération

Introduction :

Hérédité : transmission de traits morphologique et caractères qui se transmettent de générations en générations.

1) Les premières lois de l’hérédité : Yohann Mendel « père de la génétique »

Espèce : Individu qui ont les mêmes caractéristiques et peuvent se reproduire entre eux.

2)Monohybridisme

Monohybridisme : Expérience de croisement entre deux individus de même espèce ne différant que pour un caractère. Cela permet de mettre en évidence la transmission d’une seule sorte de caractère.

Monohybride : Hybride pour une seule sorte de caractère.

Souche pure : Individu qui représente une invariance pour un ou plusieurs caractères.

Allèle :Différentes variétés d’un gène pouvant déterminer le même caractère selon ses diverses modalités d’expression.

Homozygote : Génotype possédant les mêmes allèles.

Hétérozygote : Possédant deux allèles différents.

3) Première loi de Mendel

Loi de la ségrégation : Les membres d’une paire donnée de facteurs sont séparés au cours de la formation de gamètes. Ainsi ungamète ne contient qu’un facteur d’une paire données, l’autre étant du à un autre gamète.

4) Deuxième loi de Mendel

Loi de la recombinaison quelconque, ou de ségrégation indépendante : La séparation des gènes d’un caractère donné est indépendante de celle d’une autre paire il y a donc, lors de la fusion des gamètes, recombinaison quelconque des différentes sortes de caractères.Deuxième partie : Les limites du modèle de Mendel

1) Les limites du modèle de Mendel

a. Le principe de codominance ou dominance incomplète :

Quand on a un génotype hétérozygote. On obtient une nouvelle couleur (rose) après avoir croisée une fleur rouge et une blanche de souche pure. Cette nouvelle expression du gène s’appelle la codominance et la loi deMendel ne l’explique pas.

b. Le polyallélisme :

C’est quand il existe plus de deux allèles pour le même gène. C’est le cas par exemple pour le groupe sanguin humain IAIBIO. Il n’ y as pas de dominance entre A et B et O est récessif.

c. Les gènes modificateurs

Il existe des gènes modificateurs qui peuvent intervenir dans l’expression duphénotype d’un autre gène. Par exemple il y a deux allèles responsables pour la couleur des yeux. Il y a des gènes modificateurs qui pourraient expliquer l’existence des gènes (lipofuscine) et gris.

d. Les gènes pléiotropiques

La pléiotropie, c’est le fait qu’un gène influence l’expression d’un autre gène ou qu’une forme d’expression d’un gène engendre une anomaliemorphologique qui entraine d’autres problèmes.

Conclusion : C’est un gène affectant l’expression d’un autre.

Ex : Un gène épistatique peut empêcher l’expression d’un autre gène.

e. La polygénie ou hérédité multifactorielle

Plusieurs gènes contrôlent parfois un caractère particulier. Ces gènes déterminent souvent un facteurquantitatif. C’est un peu l’inverse de la pléiotropie.

2) Théorie chromosomique de l’hérédité

Rôles des chromosomes : passer l’information génétique..

Nucléosomes : structure sur laquelle l’ADN vient s’empaqueter.

Histomes : permettent de relier les nucléosomes entre eux.

L’ADN des cellules vivantes est compacté dans deschromosomes, à la division cellulaire et à la production de gamètes ce qui permet la conservation du patrimoine génétique à la formation de cellules filles. N=32 paires qui varie d’espèce en espèces. Le système de codage reste toutefois le même A, T, G, C.

Les chromosomes :

- Sont un double exemplaire chez les espèces sexuées.

-Se séparent à la formation des...
tracking img