Dissertation : dans quelle mesure le spectateur est-il partie prenante de la représentation théâtrale ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2960 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation : Dans quelle mesure le spectateur est-il partie prenante de la représentation théâtrale ?

En latin, le verbe specto signifie regarder, observer. Par définition, le spectateur est donc avant tout un regard. Son attitude est réceptive comme le demande L'Annoncier au tout début du Soulier de Satin de Claudel : « Écoutez bien, ne toussez pas ». Pourtant, Molière dans LaCritique de L'École des femmes met en scène des spectateurs de L'École des femmes, une comédie jouée quelques mois auparavant et objet d'une querelle. D'une façon plus marquée encore, Edmond Rostand, dans l'ouverture de son drame Cyrano de Bergerac, nous présente un théâtre au lever du rideau. Ainsi nous pouvons nous demander dans quelle mesure le spectateur est partie prenante de la représentationthéâtrale. Comment celui qui n'est au départ qu'un regard sur la pièce et le destinataire de l'œuvre devient-il une force active dans un théâtre conçu comme une création collective ?

I. Le spectateur : un simple regard sur la pièce

Si l'Annonceur du Soulier de satin et le Prologue de l’Antigone d'Anouilh s'adressent au spectateur, c'est que celui-ci est partie prenante de lareprésentation ; mais son rôle semble réduit à regarder et à écouter ; nécessaire mais passif, seulement occupé à « comprendre un peu », il est même distant des personnages dont le destin est bien différent du sien.

1-1 Le regard du spectateur

Si Boileau dans les vers de son Art Poétique consacré au théâtre demande le « vraisemblable » plutôt que le « vrai », c'est que le théâtre est un artde l'illusion. La pièce nous donne l'illusion du réel, et l'on pourrait presque parler d'illusion d'optique tant le spectacle à besoin du regard du spectateur pour fonctionner pleinement. Ainsi, de nombreuses pièces choisissent une entrée in médias res afin de donner à la salle l'impression que la scène avait déjà commencé avant le lever de rideau et qu'elle ne fait que surprendre, comme un voyeur,une scène qui existe apparemment sans elle. Le Médecin malgré lui s'ouvre sur une dispute entre un bûcheron ivrogne Sganarelle et sa femme Martine. « Non, je te dis que je n'en veux rien faire, et que c'est à moi de parler et d'être le maître » lance Sganarelle en réponse à une réplique qui n'a jamais été prononcée mais que le spectateur imagine. Un mirage d'antériorité installe une profondeurtemporelle qui donne vie à la pièce. De même dans la première scène de Tartuffe, les personnages courent après madame Pernelle et tentent de l'interrompre. Tout concourt à nous donner l'illusion que la scène a déjà commencé au lever du rideau et que l'histoire est bien réelle.
Pour exister, le spectacle a besoin du regard du spectateur, la scène se construit en fonction du « quatrième mur». Cettenotion qui a présidé aux premières réflexions d'André Antoine (1858-1943) sur la mise en scène est déjà posée par Diderot (Discours sur la poésie dramatique, 1758) comme essentielle : « Imaginez sur le bord du théâtre un grand mur qui vous sépare du parterre ; jouez comme si la toile ne se levait pas ». Le spectateur est bien défini ici comme un voyeur observant des personnages qui ignorent - ouplutôt feignent d'ignorer - sa présence. Mais ce n'est pas simple : les personnages sur la scène s'exhibent devant ce quatrième mur et tout dans leur jeu est destiné à être vu ou entendu dans la salle. Les apartés ne sont pas des pensées à peine murmurées mais des paroles que tout le monde doit entendre. Les confidences de la tragédie sont publiques et les monologues ne peuvent rester intérieurs àla différence du roman. Lorsque les personnages sont à table comme dans le repas que partagent Sganarelle et son maître à la fin de l'acte IV de Dom Juan, ils sont face au public, au pire de profil, jamais de dos. Si le décor et le jeu des acteurs sont entièrement tournés vers la salle c'est que le rôle affecté au public consiste à assister à la pièce. « On a parfaitement bien représenté ici...
tracking img