Dissertation hdd contrat social

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1978 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lucie Rétif
Groupe 24
Le contrat social
Introduction
Le contrat social est la théorie selon laquelle l’autorité politique dérive d’une convention originaire selon laquelle les hommes renoncent à une partie de leurs droits naturels, en échange d’une sécurité et d’une liberté garantie par la loi.
L’idée de se contrat se développe dès le XVIIe siècle, notamment chez Rousseau, Locke,Hobbes et d’autres jurisconsultes.
Il s’agit en fait d’une théorie du droit politique ; elle pose, non pas le problème historique de l’origine de la société, mais le problème juridique de son fondement ou de sa légitimité : qu’est-ce qui fait que, en dehors même de toute contrainte physique, nous sommes en conscience tenus d’obéir à la loi ? La réponse serait-elle « le contrat social » ?
Enaffirmant d’une part que c’est en chaque homme que réside la souveraineté politique, et d’autre part que seule une convention peut fonder l’autorité, la théorie du contrat social affirme que tout État légitime est ce qu’on appel aujourd’hui un « État de Droit ».
Le contrat social serait donc ce qui fait naitre l’État.
Qu’il y avait-il avant ledit contrat social ? Y a t-il une seule et uniqueconception de celui ci ? Quel est son but est quelles sont ses limites ?
En effet plusieurs questions se posent à propos d’un tel phénomène.
I/ Le contrat social : différentes conceptions
Il est de fait que le terme contrat social fut élaboré par des penseurs des le XVIIe siècle, ces hommes n’inventaires pas ce concept, il ne firent que s’intéresser à un phénomène qui existait déjà, unphénomène dont les précurseurs furent les grecs dans leurs cités, un phénomène de réunion et de mise en commun du droit. Par ailleurs nous sommes forcé de reconnaître que tous les hommes sont différents, chacun voit les choses à sa manière, il est alors normal que plusieurs conceptions du contrat social apparaissent. Avant même de s’intéresser à l’apparition du contrat social il important de voir ceque chacun des grands penseurs de l’époque plaçait avant celui-ci (A), par là même nous pourrons plus aisément comprendre les différences de vision du pacte social en lui même (B).
A/ L’avant contrat social, déjà des divergences de conception
L’apparition de l’idée d’un contrat social inclus l’idée qu’il y avait autre chose avant lui. Dès lors plusieurs conceptions de cet « autre chose »apparaissent. Cet « autre chose » est l’état de nature, il est opposé à l’état civil, l’état de nature désigne chez Rousseau, Locke ou Hobbes, la situation de l’homme antérieurement à toute société organisée. Il n’est pas nécessaire de penser que l’état de nature a réellement existé ; c’est hypothèse propre à déduire certaines caractéristiques de l’état social, et en particulier la nécessité ducontrat.
Deux conceptions de cet état de nature s’opposent : une idyllique où l’homme serait bon et vivrait en paix, et l’autre où les hommes seraient en situation de guerre de tous contre tous. Pour John Locke les hommes vivent originellement dans un état de nature dans lequel la liberté individuelle (être maitre absolu de soi, n’être sujet de personne) et la propriété privée (fondée sur le travailet le droit de jouir de ses fruits) sont des droits naturels inaliénables. Pour Rousseau aussi l’homme est originellement bon, il parle de « bon sauvage », il est solitaire et indépendant, ne connaît ni la morale ni la raison et de ce fait est dans incapacité d’être mauvais. Par ailleurs Hobbes vient donner une toute autre conception de l’état de nature. C’est pour lui l’état dans lequel leshommes sont gouvernés par le seul instinct de conservation, que Hobbes appel « conatus » ou désir. Or à l’état de nature les hommes sont égaux et on donc tous les même désirs. C’est pourquoi cette égalité naturelle se transforme naturellement en rivalité. L’état de nature c’est l’état de « la guerre de tous contre tous », Hobbes dira que « l’homme est un loup pour l’homme ». Doué de raison, c’est à...
tracking img