Dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2127 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation
« La seule chose qui permet au mal de triompher est l’inaction des hommes de bien. » E. Burke

L’inaction des hommes de bien permet-elle au mal de triompher ?
Depuis la nuit des temps, l’Homme est un sujet qui engendre beaucoup de questions. Il était, est et restera l’une des polémiques incontournables de toute génération capable de penser. Les propos concernant celui-ci sontdivergents et touchent tous les domaines jusqu’à l’au-delà de l’imagination. Les interrogations autour de cette controverse ont réveillé un esprit critique qui sommeillait en tout un chacun. L’activation de cette capacité à analyser et à s’émerveiller devant la complexité de ce qui intrigue est la clé pour avancer et enrichir les connaissances ; brillance de l’esprit. Les penseurs tels que Leibniz(philosophe et mathématicien Allemand du XVIIème siècle), Spinoza (philosophe Hollandais du XVIIème siècle) et d’autres bien avant ces illustres figures ont déterminé l’existence du bien et du mal en l’Homme. Qualifiant ainsi la présence de ces deux entités opposées dans l’être, ils ont engendré des siècles de réflexion. Il est donc légitime de se demander si ces deux notions, imprégnées enl’Homme, sont opposées et égalitaires puisque Burke a dit : « La seule chose qui permet au mal de triompher est l’inaction des hommes de bien. » Ainsi, il est important de s’enquérir sur la réalité de cette citation qui met en doute l’égalité de ces deux concepts ; pour quelle raison le bien n’agirait-il pas face au mal ? Avant toute chose, il serait sans doute plus judicieux de définir ces deux idéesafin d’éclaircir les pensées. D’après le dictionnaire Larousse 2010, la définition du bien au niveau philosophique serait « ce qui fonde en valeur toute chose, toute action ». Toujours suivant cet ouvrage, l’homme de bien serait qualifié par « bon, altruiste ». Quant au mal, il est question de « ce qui est contraire au bon, à la vertu ; ce qui est condamné par la morale». Devant ces qualificationset la question de cette dissertation, il faut remédier à cette interrogation en établissant tous les points de vue, les questions et solutions ; reproduire l’œuvre de nos modèles et maîtres philosophes. Suite à cette démarche intellectuelle, il sera alors possible de prendre position par rapport aux dits de l’Irlandais, Edmund Burke qui est l’auteur de tout ce questionnement sur le bien et mal.Tout d’abord, l’Homme est bien et mal. Puisque l’Homme possède ces deux entités en lui-même, il doit y en avoir une qui domine l’autre suivant la situation. Si on part du fait que l’homme est naturellement bon comme le pense Rousseau, c’est que la société l’a perverti et l’a rendu mauvais. Soit, les hommes de la société sont mauvais, d’où l’inaction des hommes de bien. Confronté à une natured’eux-même qui est un caractère dominant de l’être, inconsciemment, il se laisse bercer par la perversion et alors, le mal le possède. Le bien que ce dernier veut préserver quitte son podium pour laisser place au mal qui l’habite. Le mal qui le manipule est proportionnel aux désirs malhonnêtes cachés et aux convoitises non-satisfaites de l’individu. Si on voyait la chose du point de vue de Freud, lefondateur autrichien de la psychanalyse, ce mal tant dévastateur correspondrait au « ça » ; le « ça » étant ce qui est refoulé à cause de la pression du « surmoi » qui érige une autorité. Les hommes auraient donc un mal refoulé qui fait surface et bloque le bien ; la seule chose qui ressort donc de cet être est le mal qu’il a tenté de caché et qu’il ne peut plus éviter.

De même, l’Homme vivant ensociété est conditionné pour faire le mal. Dans la mesure où il vit dans un tel univers, il reste fortement influencé par la tendance qui pousse les hommes à vouloir les mêmes choses ; l’argent, la renommée, le plaisir. Tout homme n’ayant aucun intérêt pour ces trois facteurs est condamné à errer seul et pauvre dans une société qui se veut consommatrice. Ces trois éléments représentent le...
tracking img