Dissertations

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3841 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
le crédit et le risque

( ACCROCHE ET QUELQUES IDÉES GÉNÉRALES SUR LE SUJET :
Le passage d’une « économie d’endettement » à « une économie de marchés financiers » (J. HICKS) a eu des conséquences sur l’activité des intermédiaires financiers, et en particulier les banques. Le développement de la finance de marché se traduirait par un mouvement de désintermédiation des financements ; autrementdit, la finance directe se développerait au détriment de la finance indirecte. L’analyse du taux d’intermédiation au sens strict (crédits / financements totaux) semble en première approche confirmer ce phénomène : égal à 71% en 1978, il a diminué régulièrement au cours des décennies passées pour atteindre 43,2% en 2000 [1]. Toutefois, il faut tenir compte du fait que pour compenser le recul de leurrôle traditionnel, les banques ont été amenées à redéfinir leur rôle dans le cadre de la finance directe : elles ont orienté une part croissante de leur activité vers les opérations sur titres (émissions et achats de titres sur les marchés financiers) tout en conservant leur fonction d‘intermédiation traditionnelle (distribution de crédits et collecte de dépôts) qui les expose tout logiquement àdes risques. C’est ce qui explique la moindre baisse du taux d’intermédiation pris au sens large (financements intermédiés / financements totaux : de 79% en 1978 à 68,9% en 2000) [2].

( Définition des termes :
- Le crédit est l’opération par laquelle un prêteur (créancier) remet immédiatement un bien ou de la monnaie à un emprunteur (débiteur) contre l’engagement de ce dernier d’effectuer, àune date déterminée, le paiement de ce bien ou le remboursement de cette somme prêtée, avec généralement un intérêt à payer.
Dans ce domaine, les établissements de crédit jouent un rôle particulièrement important même si les crédits peuvent être accordés par d’autres agents économiques comme c’est le cas par exemple des fournisseurs qui consentent des délais de paiement à leurs clients (mais nousn’évoquerons pas ici cet aspect).

L’article L 313-1 du Code monétaire et financier [3] énonce plus précisément : « constitue une opération de crédit tout acte par lequel une personne agissant à titre onéreux met ou promet de mettre des fonds à la disposition d‘une autre personne ou prend, dans l’intérêt de celle-ci, un engagement par signature tel qu’un aval, un cautionnement ou une garantie.Sont assimilés à des opérations de crédit le crédit-bail et de manière générale, toute opération de location assortie d’une option d’achat. » Différents types de crédits peuvent être accordés par les établissements de crédit (ex : crédit à la consommation, immobilier, de trésorerie pour les entreprises, d’investissement, à l’exportation).

- L’opération de crédit suppose la confiance et comportedes risques. La confiance est en effet au cœur du crédit (du latin « credere » qui signifie « croire ») : le créancier croit que son débiteur le paiera ou le remboursera. La confiance est rendue nécessaire par le décalage qui existe entre la naissance de l’obligation et son exigibilité. Entre ces deux moments se glisse le risque, c’est-à-dire l’éventualité d’une perte ou d’un dommage pour lecréancier. Le risque de crédit est lié par définition à l’incertitude.

( Délimitation du champ d’étude :
Nous évoquerons les problèmes de crédit et de risque dans la période actuelle en référence aux enseignements de l’économie et du droit bancaire. Nous situerons l’analyse au niveau des crédits à vocation nationale et internationale.

( Définition de la problématique :
Quelle est la nature durisque ou des risques engendré(s) par l’activité de crédit et comment réduire ces risques assumés par les établissements de crédit ?

( Annonce du plan :
Nous montrerons dans un premier temps que les opérations de crédit génèrent des risques divers et particuliers notamment dans un univers caractérisé par des asymétries d’information entre prêteurs et emprunteurs. La mise en place d’une...
tracking img