Disserte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1781 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation de philosophique
Note :14
Observation :

* Suis-je toujours conscient de l’objet de mon désir ?
Cette question met en exergue explicitement deux notions importantes, celle de la « conscience » et celle de « désir ». La « conscience » est la connaissance que l'Homme a de ses pensées, de ses sentiments et de ses actes. Elleest la faculté de se représenter aussi bien le monde que soi-même. Être conscient, c'est non seulement vivre, penser, agir, souffrir, aimer, regarder mais en avoir en même temps le savoir. Le désir , lui , il est l’attirance que l’on a vers un objet que l'on se représente comme source possible de satisfaction ou de plaisir. Mais cette question amène implicitement la notion du « moi », laconnaissance de soi est aussi une notion abordée dans cette question . Le désir est considéré comme un problème, sans doute parce que sa nature est contradictoire. Le désir est la marque d’un conflit, il est représenté comme manque, comme souffrance, comme insatisfaction. L’homme désir car il est inachevé car le désirdonne un sens à la condition humaine si l’homme ne désir plus il n’aurait sans doute alors plus d’intérêt à vivre. L’homme désir ! Il peut avoir conscience ou non de l’objet de son désir. C’est ainsi que nous pourrions porter notre réflexion sur la question suivante : Suis-je toujours conscient de l’objet de mon désir ? Et pour y répondre nous aborderons dans un premier temps comment le désir peutêtre une puissance à être qui se manifeste en nous sans que pouvions la contrôler, et dans un second temps nous étudierons comment le désir pourrait être la production de l’imagination, donc contrôlé à l’infini par l’homme.

Il pourrait y avoir deux sortes de désirs, il y aurait le désir qui dépendrait de nous et celui qui ne dépendrait pas de nous. Le désir comme puissance à être pourrait êtrecet sorte de désir ou l’individu ne contrôlerait pas se désir.« L'appétit n'est rien d'autre que l'essence même de l'homme » Spinoza, Ethique, 1677 En prenant la thèse de Spinoza, le désir serait un comme guide pour notre corps et notre esprit qui pour lui ne font qu’un. Un corps et un esprit formant une unité contrôlé par une seule et même essence ou encore une puissance : Le désir. Nousn’agissons jamais librement, car nous ne connaissons pas l’origine de nos actions. Nous sommes conscients de ce que nous faisons mais nous ne sommes pas conscient des raisons qui nous détermine à réaliser ce que nous faisons. Ce qui amène Spinoza à dire cela : « nous agissons toujours sous l’emprise d’une passion, et ce que nous appelons nos décisions, nous devrons les appeler nos appétits. » Nousagissons donc toujours en fonction de nos attirances, qui varient d’un corps a l’autre ou même d’un état de corps a l’autre. Les attirances de chacun définissent l’homme comme être unique. Mon désir me représente, il y a des désirs qui me conviennent et d’autres qui ne me convienne pas. En fonction de mes désirs autrui peut émettre l’hypothèse de ma personnalité « Dit ce que tu désir et je te diraisqui tu es ». Chaque être possède un Conatus c’est à dire le fait que nous ne désirons en fonction de se que nous voulons être ou devenir , nous pensons désirer ce que nous voulons alors que nous ne faisons que désirer ceux vers quoi nous oriente notre puissance à être. Une puissance à être dont on ignore l’existence donc qui est incontrôlable par notre conscience. Le conatus est donc l’essencemême de l’homme. Ce Conatus affecte notre comportement ou notre pensée, lorsqu’il à un impact sur notre esprit il s’appel volonté et quand il affecte l’esprit et le corps il s’appel l’appétit, l’appétence met en relation le désir et le besoin du corps humain. Le désir n’exprime pas là seulement un manque mais aussi l’essence humaine en elle-même. Spinoza expose cette idéologie comme une...
tracking img