Du bellay

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1001 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction :
Joachim du Bellay est un poète français né en 1522 à Liré en Anjou, et mort en 1560 à Paris. Sa rencontre avec Pierre de Ronsard fut à l'origine de la formation de la Pléiade, groupe de poètes reconnus. De 1553 à 1557, il devient secrétaire du cardinal Jean du Bellay, cousin de son père et célèbre diplomate, avec qui il partira pour Rome. Le poète découvre alors la ville mythiquede l'Antiquité, qui n'est plus que ruines, faste et débauche. Le regret s'empare du poète, sentiment qui lui inspirera ses plus belles pages. Heureux qui, qui comme Ulysse, a fait un beau voyage est un sonnet (forme poétique fixe née en Italie au tout début de la Renaissance, c’est-à-dire à la fin du XVème siècle, et composée de deux quatrains et deux tercets) mélancolique (la mélancolie était àla mode au XVIème siècle). Quelle est la raison de cette mélancolie ? Certainement le mal du pays Natal, éloge de ce qui le rend malheureux (le voyage).

Annonce des axes d'étude 

Lecture analytique du sonnet 

I. Mélancolie dans le poème

1. Lamentation
Deuxième quatrain : "Hélas !" -> expression d'une souffrance, terme qui allonge le son "s" -> soupir + point d'exclamation quiexprime l'émotion. Terme placé à la fin du premier hémistiche : donne une sorte de silence et montre une certaine douleur. 
Le deuxième quatrain est une longue interrogation qui commence par le futur (normalement futur = certitude, mais avec forme interrogative = doute, incertitude qui renvoie à un certain mal-être). Le poète doute de revoir un jour son village natal -> pathétique voir mêmetragique.
L'expression "reverrai-je" est répétée dans la strophe : lamento (chant de lamentation) + enjambement (continuité) = longue lamentation.
Régularité dans le rythme du poème -> mélancolie -> tristesse rampante 
Le découpage des alexandrins est un peu brouillé, enjambement brouille le découpage = déstabilisation du personnage. 
Sonorités en [s] et [z] -> allitération "Hélas""saison" "maison" -> souffrance 
[i] -> "petit" "village" "cheminée" -> tristesse 
 [l] -> "village" "Hélas" et [on] -> "maison", "saison" -> nasale qui exprime souvent la tristesse 
 La mélancolie est très présente dans le poème.

2. Le regret du foyer natal

Ce sonnet s’ouvre sur deux vers qui présentent deux grands voyageurs de la mythologie grecque : Ulysse et Jason (celuiqui a conquis la toison d’or). Ulysse est le héros de l’Odyssée d’Homère, tandis que Jason a participé à l’expédition des Argonautes, partis à la conquête de la toison d’or. Ces deux personnages évoquent le voyage.
Champ lexical -> "petit", "pauvres" puis "maison", "cheminée", "clos" = modestie, humilité 
 La maison doit être vue ici sous un aspect sentimental plutôt que matériel = sonentourage, sa vie tranquille en Anjou .
 "fumer la cheminée" -> impression qu'une seule cheminée pour tout le village = intimité et union du village 
 "de mon petit village fumer la cheminée" -> mauvais ordre -> antéposition par rapport à cheminée -> mise en valeur de "petit village" traduisant l'affectif 
 Au XVIème siècle, il y a beaucoup de différences sociales bourgeois / campagnard. Du Bellay inverse les conventions : il préfère son terroir à la ville.
 "mon", "ma", "mes", "m'"-> adjectifs possessifs -> affectif 
 "beaucoup davantage" -> laisse rêver

II. Critique de Rome au profit du pays natal
Le premier et deuxième tercet dressent une comparaison -> vers 9, 11, 12, 13 "plus que", vers 14 "Et" récapitulation. Les tercets se présentent comme une séried’oppositions brèves, rythmées par la répétition de "plus que", dont les deux éléments sont tantôt dissociés, tantôt réunis, pour introduire une légère variation. La rapidité de ces oppositions contrastant avec l’ampleur des quatrains donne le sentiment d’une précipitation et d’une accélération du rythme.
Opposition de 2 modes d'existence -> génère une certaine colère -> critique de Rome (Rome...
tracking img