Dupuis

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2433 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
"Le sacrifice et l'envie". Comme l'explique Jean-Pierre Dupuy dans sa préface, ce titre renvoie à une question: comment, pourquoi et par quoi les sociétés modernes ont-elles remplacé la notion de sacrifice? Par sacrifice, il faut entendre ici le sacrifice de l'individu à une fin supérieure (Dieu, pour ne pas le nommer). La réponse de Dupuy est que le sens du sacrifice a été remplacé par lesentiment "d'envie"; l'envie correspondant, en termes économiques, à la notion de concurrence.
L'une des idées de départ est ici qu'une société fondée sur le principe concurrentiel menace de déboucher sur "la guerre de tous contre tous". Mais toute l'originalité de l'ouvrage est d'affirmer que les théoriciens du libéralisme eux-mêmes ont conscience de ce risque, et tentent d'en évacuer le poids dansleurs écrits.
C'est dans cette perspective que Dupuy se propose d'aborder les oeuvres d'Adam Smith, de John Rawls, de Robert Nozick et de Friedrich Hayek. Son propos se situe donc entre la philosophie et l'économie politique.
Pour faire face à cette difficulté, les libéraux recourent, sous une forme ou une autre, à la théorie de la "main invisible", assimilable à la ruse de la raison hégélienne.En agissant en vue de leurs fins particulières, les individus autonomes oeuvrent inconsciemment à la réalisation de la fin commune qu'est l'organisation de la société.
Benjamin Constant le démontre en prenant l'exemple de la loi: la loi n'est jamais créatrice d'ordre social, elle ne vient au contraire que constater et officialiser l'état actuel de la société. Elle n'est donc pas l'expression apriori d'une volonté générale, mais un constat normatif a posteriori.
Dupuy étudie à cette occasion l'influence de la monadologie de Leibniz sur les penseurs libéraux. Comme Leibniz, ils pensent que les individus sont des monades "qui n'ont ni portes ni fenêtres", qui sont indépendantes les unes des autres.
Mais, conformément à l'esprit des Lumières, les libéraux rejettent l'idée d'une référencedivine commune, qui est pourtant la clef de voûte de la monadologie, puisque Dieu, la monade des monades, garantit la réalisation de l'optimum, c'est à dire du meilleur des mondes possibles. Quel est, dès lors, le principe moteur de l'organisation sociale ? Dupuy note que, bien que les penseurs du libéralisme soient partis avec l'idée d'un "point de référence endogène", qui serait produitspontanément par l'action des individus, ils "finissent par sacraliser leur point fixe endogène, lui donner un statut d'extériorité". Selon Dupuy, ce renoncement théorique n'était pas inévitable, et n'est accepté que "par peur devant les ravages possibles de l'univers concurrentiel (...) La sortie de l'organisation religieuse du monde instaure une ère de concurrence potentiellement illimitée (...) Cependantles penseurs de l'économie politique, pris de vertige devant cet univers sans borne qui s'ouvre devant eux, refusent d'en assumer toutes les conséquences ".
Telle est l'analyse centrale de l'ouvrage de Dupuy: par peur des conséquences de l'envie, ces penseurs réintroduisent dans leurs modèles, de façon plus ou moins détournée, la notion de sacrifice.
Ce qui donne une importance concrète à cetteévolution, c'est que l'économie, après avoir affirmé son autonomie par rapport à la philosophie ou à la morale, entend aujourd'hui ("depuis 2 décennies environ") se réapproprier les principaux thèmes du questionnement des philosophies morale et politique, mais dans une approche qui se veut plus "scientifique", "selon une démarche hypotético-déductive fortement imprégnée de logique et de formalismemathématique".
Dupuy montre que les penseurs libéraux rejettent l'idée simplificatrice selon laquelle l'économie ne serait qu'une science de la maximisation de la richesse nationale, tandis qu'il appartiendrait à la politique d'en déterminer l'emploi. L'économie se veut désormais normative et non plus seulement positive.
Dupuy souligne à cette occasion les deux concepts qui délimitent le...
tracking img