Einstein, comment je vois le monde

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (559 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction :

La première phrase, « Ma condition humaine me fascine » du texte a étudier, extrait du premier chapitre, de l’essai de Albert Einstein, Comment je vois le monde, et publié pour lapremière fois en 1934, est une sorte de très court résumé de l’œuvre. Cette phrase représente la pensée d’Einstein et oriente tout l’essai. Ce texte est une réflexion sur la condition humaine et surla traduction personnelle de cette condition.
La vision idéaliste ainsi que les valeurs d’Einstein sont-elles compatibles avec le monde dans lequel il vit ? Nous aborderons en premier lieu son idéalet sa vision d’un monde meilleur, puis comment peut-il se fondre dans la société avec de tels idéaux.

I/Son idéal, sa vision d’un monde meilleur :
1/Einstein possède de nombreux idéaux :
-« J’imagine accessible et souhaitable pour tous, en leur corps et en leur esprit, une vie simple et naturelle » Il a un idéal de vie qu’il souhaite à tout le monde.
- « le bien, le beau, le vrai. »qu’il met en parallèle avec des buts dérisoire : la richesse, la gloire, le luxe.
-amour fort pour la justice, pour l’engagement social, pour le vertu républicaine.

2/ L’auteur met l’accent sur le sensde l’existence :
- indissociable des relations humaines- « jamais considéré le plaisir et le bonheur comme une fin en soi » Il dit que ce n’est pas le sens de sa vie.

II/ Comment Einstein se fond-il dans la société avec detels idéaux
1/Intégration à une communauté :
- « Ma condition humaine »
- « intégralement tributaire du travail des vivants et des morts »
- « en tant qu’homme… »
- « Je me sens lié à l’État, àla patrie, à mes amis, à ma famille »
Il se rattache à l’humanité présente et passé.

2/Solitude d’Einstein, éloignement :
- « solitude »
- il se distingue des « individus réduits à des...
tracking img