Esclaves

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (298 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La longue tirade de Céanthis forme un violent réquisitoire, lancé sur un ton indigné. On notera les modalités expressives qui soutiennent cette polémique, exclamations (”Ah ! vraimentnous y voilà avec vos beaux exemples”, “Fi ! que cela est vilain…”) jusqu'à celles qui ferment la tirade, interrogations oratoires qui se multiplient, et impératifs qui interpellent lesdestinataires, à travers Euphrosine : “Voyons, ne seriez-vous pas bien attrapés ?”, “Estimez-vous à cette heure, faites les superbes, vous aurez bonne grâce ! Allez ! vous devriez rougirde honte.” Le mépris qu'elle exprime est également soutenu par un lexique péjoratif, tel le possessif dans “voilà de nos gens qui…”, et la récurrence du présentatif, “voici” ou “voilà”qui amplifie les reproches. Enfin le rythme des phrases, avec les énumérations en gradation et les anaphores, donne l'impression que rien ne pourra arrêter sa colère. C'est le cas avec lareprise du pronom relatif “qui” dans la deuxième phrase, avec le rythme ternaire dans “n'avoir eu pour seul mérite que de l'or, de l'argent et des dignités” ou la triple interrogationoratoire : “Riche ? non ; noble ? non ; grand seigneur ? point du tout.”

=== Cette tirade s'inscrit dans le registre polémique, car ce discours permet de dénoncer une hiérarchiesociale que l'héroïne présente comme infondée.

Elle brosse, en effet, un portrait sévère des maîtres, que peut résumer l'ironie par antiphrase au centre de la tirade, “Entendez-vous,Messieurs les honnêtes gens du monde” : elle joue entre le sens de l'expression “honnêtes gens”, qui désigne les qualités de l'homme distingué, et l'adjectif “honnête” pris dans son senspropre, qui suggère, par antithèse, qu'ils sont profondément “malhonnêtes”. Elle révèle qu'au-delà d'Euphrosine, se trouve visé l'ensemble des privilégiés qui abusent de leur pouvoir.
tracking img