Est-ce dans la solitude qu'on prend conscience de soi ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3668 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Est-ce dans la solitude qu'on prend conscience de soi ?

1. Détermination du problème

1.1. Définitions

La « conscience de soi » fait partie des concepts propres à la philosophie. On était donc en droit d’attendre des candidats qu’ils la définissent correctement – par exemple : « acte cognitif par lequel un sujet se saisit lui-même. » Il s’agit à proprement parler d’une « aperception »,terme introduit dans le cours en classe, mais que seul Thibaut sut rappeler (ce qui lui a valu un autocollant).

Hélas, cette première notion occasionne des inexactitudes qui ensuite vicient les développements. Ainsi treize copies confondent-elles, souvent dès les premières lignes, « conscience de soi » et « connaissance de ses traits de caractère » (ou, pis, « connaissance de son inconscient »).Comme on va le voir, cette confusion était dans un sens légitime, et peut-être même inévitable ; mais elle méritait une présentation très minutieuse et appelait une distinction conceptuelle lumineuse en III, ce que la plupart des copies s’avéra incapable de fournir. Des élèves de S, pourtant, devraient bien saisir la différence entre conscience et connaissance : je puis avoir conscience del’existence de telle planète extrasolaire sans pourtant rien connaître de sa composition chimique ou de son activité géothermique.

Deux copies identifiaient, quant à elles, la conscience de soi et la preuve de sa propre existence ; si la seconde est bien déduite de la première dans l’analyse cartésienne, ces deux notions ne se confondent pas : pour preuve, la formulation même retenue par Descartes : «Je pense, donc je suis. » Une autre copie distinguait explicitement conscience de soi et preuve de notre existence, mais confondait ensuite conscience de soi et sentiment de vivre. Là encore, comme on le verra ci-après, cette confusion était dans un sens légitime, à condition d’une présentation minutieuse et d’un III éclairant. Une autre copie assimilait la conscience de soi à l’analyse correcte demes actes ; encore aurait-il fallu montrer que mes actes = moi, égalité très difficile à justifier : il semble évident par exemple qu’un radiateur (avec sa fonte, ses tuyauteries, sa peinture etc.) n’est pas exactement la même chose que la chaleur qu’il produit. Il convenait en tous cas de différencier la « conscience de soi » de la conscience « directe » ou « psychologique » : les développementssur la distinction entre phénomène et noumène, ou (dans la terminologie russellienne) entre sense-data et objet physique, n’étaient pas bienvenus ici.

Toutes ces confusions menaient, à un moment ou l’autre, au hors sujet ; l’absence de définition de la « solitude » n’était guère heureuse non plus. Certes, il ne s’agit pas à proprement parler d’un terme philosophique ; mais le cours l’avaitpourtant évoquée à propos du solipsisme, doctrine consistant à estimer que seule notre pensée individuelle existe, donc que nous sommes radicalement seuls. Huit copies définissaient la solitude ; mais parmi celles-ci, trois ne proposaient que des pléonasmes, du type : « La solitude correspond à l’état d’être seul ». Voilà qui nous avance beaucoup ! Point n’était besoin, pourtant, de se creuser latête pour l’associer à l’isolement physique ou psychologique.

1.2. Forme de la question

Le verbe « prendre » méritait quelques secondes d’attention. Verbe d’action, il semble désigner un moment ponctuel – de la même manière que « prendre » un bus s’opère instantanément ; mais dans le tour « prendre conscience », le verbe peut adopter un sens plus progressif. On peut ne « prendre conscience »d’un problème qu’au fur et à mesure, par une série de relations et de rapprochements opérés au fil du temps entre différents faits, lesquels peuvent, par ailleurs, être connus depuis longtemps. Tel est exactement le cas d’un prince qui « prend conscience » de la conspiration ourdie contre lui. Saisie instantanée de la conscience par elle-même, lorsqu’elle s’aperçoit soudain de sa propre...
tracking img