Etude de cas

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1189 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]

DOSSIER PAYS : implantions d’orange en cote d’ivoire

Introduction

Le dossier pays est une étude de cas qui consiste a trouver un pays, à analyses les menaces et les opportunités que ce pays présente pour notre produit. Ici j’ai choisi d’étudier l’implantation d’orange en cote d’ivoire car c’est le pays que je connais le mieux en effet j’y suis originaire et orange car lesecteur téléphone est croissance comparé aux années 80.
Nous verrons dans une première partie une brève présentation de la cote d’ivoire en terme de critère économique, de données générale et de son commerce extérieur.

Dans une seconde partie nous analyserons les critères de potentialité du marché et du secteur de la télécommunication par rapport la France.

Enfin dans unetroisième partie nous étudierons l’adaptabilité de notre produit à en cote d’ivoire.

Plan

Introduction

Présentation du pays
Situation géographique
Situation économie
II critère de potentialité du marché
Tableau selectif
Adaptabilité du produit

Le choix du pays
Si pendant de nombreuse années le destin médiatique de l’Afrique subsaharienne semble s’être décliné sous l’angle de unique del’afro-pessisme (crise éco endettement corruption des élites guerres civiles drame humanitaires, sécheresse absence de démocratie, désormais les jugement commencent à intégrer de nouveaux paramètre plus optimiste.

En effet depuis la crise pétrolière de 1973 le niveau de croissance économique atteint un niveau jamais égalé dans la plus part des pays. En fait la croissance moyenne annuelle qui sesituait autour de 2 % dans les années 1990, elle est au dessus de 5% depuis les années 2000.cependant tous les pays n’en profitent pas pareillement en effet les pays tel que l’Angola et la guinée équatoriale ont vu leur croissance économique respectivement dépasser largement la moyenne du continent soit 23.1% et 21.5% en 2007.

Malgré ces efforts de croissance
Certain pays d’Afrique ont décidéd’investir davantage dans la transformation locale de leurs matière afin d’exporté des produits de forte valeur ajouté
Tout autant que la hausse des export de matières premières, le retour de l’Afrique subsaharienne sur la scène économique internationale se mesure par la ruée des investisseurs étrangers, non seulement en provenance des pays industrialisé mais surtout des pays émergents (Chine,inde, brésil notamment), qui cherchent par tous les moyens à sécuriser leurs approvisionnements.

• L’attractivité de l’Afrique subsaharienne reste faible

Les études des flux IDE apparaît comme la région le plus marginalisé par la mondialisation contemporaine puisque seulement 0.93% soit 12,2 milliard de dollars d’entre eux sont dirigés en 2006 selon le world Investissement Report dela CNUCED. De surcroît les flux se concentrent à cette date pour 45.5% vers le Nigeria, en raison d’investissement pétroliers de plus en plus coûteux, car de plus en plus profond sous la mer

I) Présentation de la cote d’ivoire

1) Situation géographique

[pic] La Côte d'Ivoire est un État d'Afrique occidentale de 322 463 km² (l'équivalent de l'Allemagne), baigné par le golfede Guinée au sud (l'océan Atlantique), limité à l'ouest par le Libéria et la Guinée, au nord par le Mali et le Burkina, à l'est par le Ghana.

[pic]

2) situation économique

L'amélioration de la situation sécuritaire en 2008 en Côte d'Ivoire a contribué à la reprise de la consommation et des investissements privés.
Si la croissance est restée inférieure à lamoyenne d'Afrique subsaharienne, malgré la vitalité retrouvée du secteur agricole, du BTP et des télécommunications, les perspectives restent encourageantes avec une activité portée par la réhabilitation des infrastructures de transports et la hausse des investissements dans les hydrocarbures.
Le pays peut compter sur une main d'œuvre qualifiée et capable d'adaptation
Pour la cinquième année...
tracking img