Eugene de la croix - sur le tasse en prison

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1448 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire du poème de Baudelaire « Sur Le Tasse en prison d’Eugène Delacroix »

Ce commentaire est entièrement rédigé. De plus, pour vous aider, figurent les étapes de l’introduction et de la conclusion, les parties et les sous-parties du plan. À l’écrit, il ne faut pas le faire évidemment.

Depuis l’Antiquité poésie et peinture entretiennent des liens étroits. Ce que les Grecs nommentekphrasis constitue pour nous la description, au sein d’une œuvre littéraire, d’une œuvre d’art. Il en allait ainsi pour la description par Homère du bouclier d’Achille dans l’Iliade. Baudelaire au XIXème siècle a perpétué cette tradition de l’ekphrasis dans plusieurs poèmes et notamment dans « Sur Le Tasse en prison d’Eugène Delacroix » dont la première version remonte à 1844 et qui a été publiéavec la troisième édition des Fleurs du Mal de 1866 dans une section nommée Les Épaves (1). Ce sonnet dont la structure prend quelques libertés avec la forme classique- on parle à propos de Baudelaire de « sonnet libertin »- s’attarde d’abord dans les deux premiers quatrains sur le personnage principal du tableau- Le Tasse, célèbre poète italien de la Renaissance auteur de La Jérusalem Délivrée-puis s’attache davantage à une interprétation de l’intériorité du personnage afin de l’élever dans les deux derniers vers à la dimension d’un symbole (2). C’est dire s’il s’agit moins pour Baudelaire ici de décrire l’œuvre d’art que d’en donner sa lecture personnelle, voire sa recréation. C’est ce que nous souhaiterions examiner ici : la manière baudelairienne de recréation. Pour l’exprimer sous laforme d’une question : Comment Baudelaire transforme-t-il ici en poésie baudelairienne le tableau de Delacroix ?(3) Nous aborderons donc l’étude tout d’abord à travers la dimension descriptive du poème, pour mieux mettre en évidence dans un deuxième temps sa dimension interprétative. Enfin nous aborderons la portée du sonnet en ce qu’il expose la dualité du créateur. Ce que l’on nomme parfoisl’homo duplex.(4)


Le sonnet comme ekphrasis.
Il convient donc tout d’abord d’examiner le sonnet comme la repésentation verbale d’une œuvre non-verbale, en constatant que la description de Baudelaire porte sur le personnage du poète et sur son environnement.
Le personnage du poète
Les premiers vers offrent une description physique. Les adjectifs « débraillé », « maladif » rimant avec «convulsif » donnent à voir l’état du poète, tandis qu’il est question de son « pied », son « oreille » et son « regard » et du « manuscrit » qui renvoie à la toile mais aussi à la fonction du personnage. Toutefois très vite, dès le vers 3, la description glisse vers l’intériorité du poète, son « âme », dernière rime du premier quatrain, sa « raison » au second quatrain. Le terme de « rêveur » est moinsune reprise qu’un élément de description psychologique.
Cette description physique et psychologique s’accompagne également d’une description de l’environnement.
Son environnement
On note tout d’abord les reprises nominales qui caractérisent la « prison » du titre du sonnet. Elles sont toutes placées en début de strophe : « cachot » au vers 1, « prison » v.4, « taudis malsain » v.9, et «logis » v.12. L’environnement du poète acquiert de ce fait une importance égale au poète lui-même, ce que le titre annonçait. De plus la présence des démonstratifs réfère autant à la toile (déictiques-deiktikos= action de montrer) qu’au poème (anaphoriques). L’environnement est bien ici donné à voir par des moyens verbaux au même titre que le poète. Cependant le même glissement de la surface à laprofondeur s’opère. L’environnement est caractérisé par des notations plus abstraites : le « Doute », la « Peur » sujets des verbes « environne » et « circule », les personnages du tableau ne sont plus que des métonymies « cris », « grimaces » et se dématérialisent en « spectres ». Progressivement l’environnement du poète est déshumanisé et se transforme en menace.
Le sonnet glisse de la...
tracking img