Explication de texte, nicolas de malebranche

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1483 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Bien souvent, nous avons tendance à nous basez ce que pense les autres pour espérer trouver la vérité. Montrant ainsi que l'opinion des personnes qui nous entourent valent plus que la notre. C'est cependant à cette thèse que Malebranche va s'opposer dans ce texte. En effet, l'auteur, disciple de Descartes, va comme son maitre, longuement se demander comment accéder à la vérité. Dans cet extrait,il s’intéresse au mode d'accès à cette connaissance ; prenant comme métaphore principale celle de l’œil, il en appelle à la solidité d’un jugement exercé personnellement. Sa thèse est celle selon laquelle il ne faut pas se fier a l'opinion des autres mais avoir ses propres réflexions. Quelle est la meilleure et la plus assurée manière de voir, de penser et d'arriver à la vérité?Au lieu de se fiera leur intuitions, leur idées, les hommes préfèrent écouter ce que leur disent les autres car cela leur semble plus facile. Il s'agit donc ici pour Malebranche de démentir cette idée. Pour établir sa thèse, il commence d'abord de la ligne 1 à la ligne 5 explique la position commune qui sont donc pleins de préjugés et opinions. Puis dans la deuxième partie du texte, il détaille les défauts d'unetelle position et justifie la nécessité de s'en remettre à nos propres yeux, soit à notre propre esprit, pour juger et progresser dans la recherche de la vérité.

On peut remarquer, comme dans plusieurs autres textes de philosophes, que chaque introduction traduit une incompréhension de l'auteur face au sujet de son étude. En effet, ici, Malebranche, nous montre sa confusion car il n'arrive pasà concevoir que les hommes dont l'esprit est inné puissent s'en remettre à l'opinion des personnes qui les entourent. L'auteur critique ainsi le choix que prennent les hommes de ne pas réfléchir par eux même et d'écouter ce que disent les autres. Il traduit se choix par « aiment mieux » car il semble être plus simple. En effet il est plus facile de penser comme les autres plutôt que de réfléchirpar soi même. Cependant il ne remet pas en question la présence de l'esprit qui est inné car il est donné par Dieu, comme le dit le texte, mais il critique l'utilité que les hommes en font. Ainsi l'homme est capable de réflexion, seulement, il ne sais pas s'en servir correctement.
Malebranche affirme ensuite, et il est pour lui clair, que réfléchir et comprendre certaines choses par soi même estbeaucoup plus gratifiant que de recevoir des explication peux être fausses de quelqu'un. Je serais heureuse d'avoir une bonne note à ce devoir si je n'ai pas demander d'aide, car cela me donnera plus confiance en moi, alors que si je réussit ce devoir mais que cela est grâce aux autres, la finesse et l'intelligence de se devoir ne me reviendra pas. Réussir ou comprendre quelque chose par soi mêmedonne une grande fierté qui ne doit jamais être rabaissée par les autres. C'est ce que veut nous faire comprendre l'auteur en nous disant que quelqu'un qui a de « bon yeux », c'est à dire, une bonne réflexion. Il utilise ici la métaphore des yeux pour représenter l'esprit, ne dit on pas « les yeux sont les fenêtres de l'âme. » Ici le rapport est d'autant plus fort dans la phrase «  un homme qui a debons yeux ne s'avisa jamais de se les fermer ou se les arracher » car on peut l'interpréter dans le sens propre, il est vrai que quelqu'un qui a une bonne vue n'as aucune raison de s'en priver. Cependant la suite de la phrase «  dans l'espoir d'avoir un conducteur » nous fait comprendre que cette phrase utilise aussi cette métaphore voulant ainsi dire : Quelqu'un d'intelligent aural'intelligence de ne pas se reposer sur l'opinion d'autrui. Par cette phrase Malebranche veux ainsi dire que l'esprit est semblable aux yeux et qu'il serait idiot de se débarrasser de sa réflexion tout autant qu'il le serait de se débarrasser de sa vue.
Malebranche choisit une phrase tirée de la Bible, le livre d'Ecclésiaste plus précisément, pour démontrer sa thèse, remettant ainsi cette phrase « au goût...
tracking img