Externalisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1676 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
A – Exemples

1. Une entreprise qui délocalise : l’exemple de Renault et la fabrication de sa Twingo 2

La définition qui a été retenue par l’INSEE dans son analyse de l’économie français sur 2005- 2006 et, appliquée a l’industrie est la suivante :
« On parlera de délocalisation s’il y a substitution de production étrangère à une production française, résultant de l’arbitrage d’unproducteur qui renonce à produire en France pour produire à l’étranger. »
Prenons l’exemple de Renault qui prit la décision de fabriquer à l’étranger sa Twingo 2.
Pour la Twingo 2 , elle n'est pas assemblée à Flins (Yvelines), comme sa devancière mais en Slovénie. Les dirigeants du groupe Renault ont décidé de faire de Novo Mesto (à 70 kilomètres à l'Est de la capitale Ljubljana) l'unique site dedémarrage du modèle. Lancée en juin 2007, a mission n'était pas des moindres : elle devait initier la relance des ventes de la marque, en chute libre (- 13,5 % sur ces seuls cinq derniers mois précédent juin 2007 en France). Si l'on excepte la Logan, la gamme n'avait pas été enrichie de nouveauté depuis... fin 2005 !
Si Renault a misé sur la Slovénie c'est pour répondre au principal défi du véhicule :la rentabilité. Pas question de reproduire l'échec de la première version. Malgré une approche avant-gardiste de « design to cost » censée réduire les coûts, la Twingo 1 n'aura jamais été rentable, même après 2,4 millions d'unités produites pendant quatorze ans ! Cette fois-ci, Renault a donc dû aller plus loin. Au sens propre. « Le taux horaire en Slovénie affiche un rapport de 1 à 3 avec laFrance ». Sachant que le coût de main-d’œuvre représente environ 15 % du prix de revient de fabrication d'une voiture, les avantages étaient considérables. Et ce, surtout, dans ce segment d'entrée de gamme, où chaque euro gagné sur la concurrence peut faire la différence.
Afin de profiter à plein du mécanisme, l'usine a su optimiser son taux d'intégration régionale. De 30 % sur la Clio 2, fabriquéedepuis neuf ans à Novo Mesto, il atteint 60 % sur la Twingo, sur un périmètre qui s'étend jusqu'à la Hongrie, la Croatie, la Slovaquie et la Pologne. L'essor de la production automobile dans les pays voisins favorise la densification du tissu fournisseur. Pour la Clio 2, la distance moyenne entre les équipementiers et l'usine s'élevait à 1 300 kilomètres. Pour la Twingo 2, elle est divisée pardeux.
La présence de la Clio 2 à Novo Mesto est l'autre critère qui a imposé l'usine slovène. Pour assurer la rentabilité du véhicule, Renault a choisit de bâtir la Twingo sur la base de la Clio 2, dont elle reprend une partie du soubassement (130 pièces environ) et 80 % des processus de fabrication.. L'effort est payant. Sur les 400 millions investis (200 dans l'usine, 115 chez les fournisseurs et80 en études et formations), Renault estime avoir réalisé une économie de 60 millions d'euros. L'argument est de taille mais les atouts de Novo Mesto ne s'arrêtent pas là.
Sans être aussi moderne que les usines flambant neuves de Kia ou de Toyota-PSA en Slovaquie, Novo Mesto, fondée en 1955 est aussi capable d'innover. Elle inaugure sur la Twingo un processus inédit chez Renault, et encore peuutilisé chez ses concurrents : la soudo-brasure pour l'assemblage du pavillon avec les côtés de caisse. Le procédé consiste à souder ces trois sous-éléments avec un cordon ininterrompu sur toute la longueur du toit. Avec, à la clé, une meilleure qualité perçue et une meilleure rigidité que les traditionnels points de soudure.
De plus, les salariés sont bien formés et motivés. Le niveau dessalariés slovènes est excellent. En effet, Le taux horaire est une chose mais la qualification et la motivation des opérateurs sont déterminantes », Un programme de formation fut commencé un an avant même l'arrivée de la première Twingo 2 dans l'usine. En juin 2007, 85 % des opérateurs maîtrisaient trois postes de montage. Le niveau de qualité en sortie du département tôlerie atteignait déjà 97,9...
tracking img