Familiale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1210 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Familiale

Poète des « mots en liberté », Prévert utilise des formes d’expression familières pour dénoncer les contraintes sociales, le poète condamne l’aveuglement et l’hypocrisie qui empêchent les sentiments vrais et la résistance aux lois qui régissent la société. Il y a ainsi dans la poésie de Prévert une sorte de revendication « anarchiste » qui utilise l’humour noir pour contesterl’ordre social. Dans Familiale, c’est la résignation et la force des habitudes que dénonce le poète. La société fait passer pour « naturels » les comportements qui sont en fait produits par l’Histoire et l’ordre social. Le lecteur éprouve autant de révolte que de tristesse dans cette résignation qui perpétue un monde sans vie, sans amour, sans échanges humains.

I – Composition du poème.
Lepoème prend l’apparence d’une comptine familière écrite en vers libres. L’absence de ponctuation ajoute à ce caractère désinvolte de la composition. De la même manière, la rime est très irrégulière, fondée sur la répétition des mêmes mots »mère/père/affaires/guerre/cimetière » « fils », « tricot », sans souci apparent de versification. Le lexique et la syntaxe, extrêmement simples, proche du discoursoral, contribuent eux aussi à cet effet de petit tableau de famille, sans prétention, qui trouve son sens dans la dénonciation du dernier vers. L’architecture sonore du poème est quant à elle dominée par le retour régulier du son ER qu’on retrouve soit à la rime, soit en écho à l’intérieur des vers. Ce retour insistant met en valeur les mots qu’il prend pour support : « mère », « père »,« affaires », « guerre », « cimetière ». On a là la thématique du poème illustrée par le titre Familiale.
II – Un tableau faussement idyllique
Le titre même du poème et le tout 1er vers sont là pour faire illusion. « La mère fait du tricot » : image du bonheur domestique, de l’intimité familiale. Cette occupation paisible évoque un touchant portrait de famille, que vient brutalement démentir le verssuivant : « le fils fait la guerre ». Il ne manque plus, dès lors que le 3eme personnage de la famille : le père, pour que l’image idyllique, s’écroule tout à fait. C’est bien un portrait de famille que Prévert va brosser, mais c’est un portrait amer, ironique, désespéré. La construction de l’adjectif « Familiale » tend à faire de ce portrait un « genre » et de fait, c’est une scène type, unarchétype de famille que veut nous présenter Prévert. Les membres de cette famille sont anonymes ; ils n’ont pas de nom, encore moins de prénom. Leur existence se réduit à une fonction : ils sont la mère, le fils, le père. L’emploi repété du verbe « faire » confirme cette impression : dans cette famille on n’ »est » pas, on « fait ». Ce que nous avons sous les yeux ce sont des r^les sociaux. Et le plustragique est que les personnages de cette comédie humaine semblent « trouver ça tout naturel ». Cette expression empruntée au style parlé, familier pourrait simplemnt signifier la résignation de ces personnages à la fatalité, au conformisme financier »il fai des affaires ».
Dans ce poème , Prévert utilise largement un procédé qui lui est familier : celui dela répétition. Ainsi la reprise dela situation, identique du point de vue dela mère et du père, donne à cette situation un caractère encore plus absurde et tragique. Le parrallélisme de l’expression dans les vers 7 et 8 mis à part la suppréssion du verbe « faire »Le lecteur attend la position du fils. La voix du fils ne diffère guère de celle de ses parents, mais l’emploi de « trouve a un sens ambigu, intrigue : peut-être le filsne trouve-t-il pas « ça » « tout naturel » ? Avrai dire il ne trouve absolument rien, le fils est incapable de penser, de se révolter contre une situation toute faite. Il ne régit pas et reste passif. Un vers plus long que les autres résume la situation, et le lecteur a l’impression de l’entendre réciter une leçon. Bien plus, les rôles que jouent ces personnages sont hérités de père en...
tracking img