Fascisme italien

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2495 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LE MODÈLE TOTALITAIRE ITALIEN : LE FASCISME
A) L'Italie : les désillusions d’après guerre

Rappelons que depuis l’atteinte de l’unité politique de 1870, les chefs politiques italiens voient leur État comme le futur chef de file du monde méditerranéen. Le passé glorieux de l'Empire romain les hante. Pour reprendre sa place parmi les grandes puissances, ils croient nécessaire d'agrandir leterritoire
(impérialisme) le long de la côte adriatique orientale, au Proche-Orient et en Afrique. Malgré son échec en Éthiopie en 1902, l’Italie réussit à conquérir l'Érythrée (1889), une partie de la Somalie (1889) et la Tripolitaine (Libye, 1911) en Afrique.

B) Les attentes et les promesses non tenues :
Les attentes : Lorsque la guerre éclate en 1914, l'Italie choisit la neutralité. Lespromesses des forces de l’Entente l’incitent cependant à se joindre à elles en 1915. On lui offre de futures compensations territoriales en Europe, un redécoupage plus juste de ses frontières selon les nationalités et l'obtention de colonies à l'extérieur. Sur l'Adriatique, elle recherche des ports et des villes et un État qui ont contribué à la richesse de Rome durant l'Antiquité et de Venise auxTemps modernes. En Anatolie, elle compte sur un territoire côtier, en Afrique, sur d’autres colonies.

Les promesses non tenues :

1.La ville de Fiume (de nos jours Rijeka), principal port de la province de Croatie dans la toute nouvelle Yougoslavie devait aller à l’Italie. Les négociateurs refusent toute concession sur la question de Fiume considérant que ce litige doit se régler entre les deuxÉtats.

Dans un geste de défiance en 1920, une troupe militaire (officieuse) italienne s'empare de Fiume. L'Italie se fait donc justice elle-même. Le litige reste en suspens jusqu'en 1924. Finalement, la nouvelle Yougoslavie reconnaît l'annexion d'une partie importante de la ville portuaire à l'Italie.

2 : L'Albanie fait partie des territoires convoités, conquis et reconquis depuis l'Antiquité.Grecs, Romains, Épiriens, Bulgares, Byzantins, Serbes, Vénitiens et Turcs ottomans l'ont possédée. Lors du déclin de l'empire ottoman, l'Albanie avait réussi à faire reconnaître l'indépendance de sa principauté en 1912 et avait opté pour la neutralité. Mais les loups veillent. En 1914, l'Autriche-Hongrie s'installe dans le Nord puis en 1915, les Italiens dans le Sud. À la fin de la guerre,l'Italie maintient son occupation. Les Albanais refusent cette situation et revendiquent leur indépendance. D'autre part, la nouvelle Yougoslavie voit dans la présence italienne une menace à sa sécurité. Les négociateurs signent le traité de Tirana en août 1919 reconnaissant l'indépendance de l'Albanie et l'invitant à entrer dans la SDN. Les troupes italiennes doivent alors se retirer d'où une profondefrustration. En novembre 1921, elle obtient une sorte de "mandat", c'est-à-dire le droit de veiller à faire respecter l'indépendance de l'Albanie en cas d'attaque par une autre puissance. Trop peu.

3 : Le traité de Sèvres (dossier de la Turquie) octroyait une zone côtière à l’Italie mais la révolte des « Jeunes turcs «  sous Mustapha Kemal entraîne le rejet de ce traité et dans le nouveautraité de Lausanne signé en 1923, il n’y a rien pour l’État italien.

Conclusion
Ainsi l'Italie sort frustrée des négociations d'après-guerre et perd confiance envers la France et la Grande-Bretagne qui n'ont pas tenu leurs promesses correctement :

- Un sentiment d'humiliation nationale, l'Italie n'a pas été prise au sérieux par les puissances et a été utilisée ;

- L’incapacité pour leGouvernement (jeune monarchie constitutionnelle) de s'imposer sur la scène internationale ;

- L’incapacité pour le Gouvernement de contrer les problèmes internes du pays reliés à l'instabilité économique : nombreuses grèves dans le Nord, zone industrielle et désordres chez les paysans du sud qui réclament un meilleur partage des terres.
Un exode massif qui se poursuit vers l’Amérique ;

- La...
tracking img