Fiche de lecture perte d'emploi

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2789 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Perte d’emploi, perte de soi
Danièle Linhart avec Barbara Rist et Estelle Durand, Edition Erès, 2002.

1993 : suppression de 1104 emplois sur les 2549 de l’usine Chausson de Creil
1994 : nouvelle suppression de 475 emplois
1996 : fermeture de l’usine (programmée dans le secret par la direction dès 1991)

2010-2011
L’ouvrage commence par un prologue poignant qui retrace le vécud’une famille lors des différents plans sociaux et de la fermeture de l’usine Chausson à Creil. Il fait partie de la centaine de cas étudiés par les auteurs de ce livre. Cette étude a été réalisée sur l’initiative d’un expert en gestion auprès des comités d’entreprise, F. Bruggeman, et du syndicaliste qui a été la figure emblématique de la mobilisation et de la négociation lors des trois planssociaux de l’usine, B. Masséra. Leur objectif était de s’inspirer de la réussite du dernier plan social (indemnités financières, cabinet de reconversion réputé, nombre inhabituel de personnel reclassé) afin de montrer aux décideurs politiques qu’il est possible de reclasser dans de bonnes conditions, sans que cela n’impose de moyens trop importants. Il s’agissait avant tout de « valider » un plansocial considéré comme exemplaire.
Pour ce faire, ils ont fait appel à quatre sociologues afin de compléter leur équipe, E. Durand, M. Gelin-Moujeard, B. Rist et D. Linhart. Le but de leur intervention était de prendre en compte la dimension sociale du plan, sans savoir vraiment d’emblée dans quelle mesure elle interviendrait.
D. Linhart, sociologue du travail et directeur de recherche au CNRS, asupervisé l’étude et la réalisation de ce livre. Elle est l’auteure de différents ouvrages, tels que Travailler sans les autres ? (2009) ou encore Le travail (2009) dans lesquels elle aborde les thèmes de la souffrance au travail, la modernisation des entreprises ou encore le management moderne.
L’enquête a été menée sur plus de cent personnes et se compose d’autant de témoignages recueillis 3ans après la fermeture. Ces récits de vie relatent la période de 1993 à 1996, des plans sociaux à la fermeture de l’usine. Des liens ont donc été faits entre les évènements économiques et les évènements personnels qu’ils ont induit.
Finalement, au lieu de « recette à suivre », de plan social idéal à reproduire, cette enquête a mis en évidence des souffrances encore présentes 3 ans après lafermeture, des personnes aux vies brisées, à l’identité blessée, autant de maux qui n’avaient jusqu’alors pas été nommés et que même les personnes présentes au quotidien n’avaient pas su déceler. Cette enquête a donc été l’occasion de mettre en lien les faits sociaux et leur appréhension subjective.
La manière d’appréhender la souffrance ici a permis de montrer que le traumatisme n’est pas seulement liéà la perte même de l’emploi, mais qu’il se fixe au gré des plans sociaux sur ceux qui restent en poste et qui continuent d’y croire quoi qu’il arrive. Ainsi, on s’intéresse au « comment », au vécu, au ressenti. Comment les employés ont-ils vécu au quotidien la distribution de lettres de licenciement, le départ des collègues, la culpabilité de rester, la fermeture programmée dans le secret dès 1991par la direction et les principaux actionnaires (Peugeot et Renault), le mensonge entretenu pour « faire tenir » les ouvriers,…
Face au vécu des diverses annonces et face au reclassement, « les Chausson » auront des comportements différenciés qui reflètent leur rapport au travail, leur biographie, mais également leur participation aux dernières années de l’entreprise.
Mais malgré desdifférences certaines, la communauté Chausson relate les évènements liés à la fermeture en termes de souffrance et de violence, d’affects qui se retrouvent dans beaucoup de témoignages tels que la culpabilité (de rester, de voir ses collègues partir), le sentiment d’inutilité, la perte d’identité et de valeurs communes. Tout cela pour aller plus loin que les constats chiffrés, et donner une idée de la...
tracking img