Fin de partie (beckett) : est-il absurde de changer ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (908 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation : Fin de partie de Beckett

« Fin de partie » est une pièce de théâtre créée par Samuel Beckett en 1957. Elle met en scène quatre personnages dont trois d’entre eux sont incapables dese déplacer suite à leurs handicaps respectifs, le dernier ne pouvant se mouvoir que douloureusement.
Cette pièce reflète une certaine absurdité due à son absence d’action et aux comportementsétranges des protagonistes qui ne font que subir les journées les unes après les autres, sans jamais tenter de changer leur quotidien. Ceci nous amène donc à la question suivante : « Est-ce absurde de nejamais changer ? »

Dans un premier temps, il faudrait définir ce qu’est exactement l’absurde. Selon le dictionnaire, l’absurde est « Ce qui est contraire et échappe à toute logique ou qui nerespecte pas les règles de la logique ». En suivant cette définition, il est clair que le comportement de Hamm, Clov, Nell et Nagg échappe à toute raison : Ils restent isolés du monde extérieur sanschercher d’aide alors qu’ils sont handicapés, ils vivent dans des poubelles, et restent indifférents lorsque Clov annonce qu’il veut partir, alors qu’ils sont tous dépendants de lui. La logique voudraitqu’ils cherchent des solutions à leurs problèmes, mais ici ils se contentent d’attendre la mort et de laisser passer les jours. Cela peut d’ailleurs se généraliser à notre quotidien : Il est absurde de seplaindre et d’attendre avec des problèmes sur le dos, il vaut mieux utiliser cette énergie à chercher une manière d’en finir avec ces ennuis plutôt que de ne rien changer.

Ensuite, le changementest naturellement présent dans le monde, et il est souvent synonyme d’évolution ou d’adaptation. Rester stoïque sur ses positions, c’est équivalent à ne pas s’adapter face aux différents troubles quel’on peut rencontrer dans une société qui change chaque jour. Comme l’a dit Stendhal, « A vouloir vivre avec son temps, on meurt avec son époque », il faut donc parfois changer ses habitudes face...
tracking img