Flux maritimes (fret uniquement) et mondialisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1277 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet : Flux maritimes (fret uniquement) et mondialisation

La mondialisation est la mise en relation généralisée des différentes parties du monde par les échanges. Les flux, c'est-à-dire la circulation de biens, de passagers ou d’informations, traduisent cette interdépendance de plus en plus forte des lieux les uns par rapport aux autres. L’efficacité accrue des réseaux de transport a rendupossible la croissance des flux. Aujourd’hui, si les flux de marchandises ont pu atteindre une telle importance en volume, c’est essentiellement grâce aux flux maritimes.
En quoi les flux maritimes de marchandises sont-ils un des vecteurs déterminants de la mondialisation ?
Nous étudierons tout d’abord, en donnant des éléments d’explication, l’augmentation considérable des flux maritimes,participant ainsi à la mise en réseau du monde. Puis, dans un second temps, en étudiant les grandes routes maritimes, nous verrons qu’ils constituent également un formidable révélateur des lignes de fractures dans le monde.

I] La croissance exponentielle des flux maritimes :

Sans transports efficaces, pas de mondialisation. Depuis la révolution industrielle, les progrès techniques etorganisationnels dans les transports maritimes sont un facteur essentiel pour expliquer la croissance des flux.

A) Les progrès techniques et organisationnels :
Spécialisation du transport maritime : navires citernes (vracs liquides, comme le pétrole), vraquiers (vracs secs comme les minerais, charbon et grains) et surtout porte-conteneurs (pour diverses marchandises). Véritable révolution dans les années80 avec la conteneurisation (à définir dans votre copie). Progrès considérables en matière de manutention portuaire : chargement et déchargement d’une cargaison sont plus rapides.
Accroissement des capacités de transport, qui permet la baisse des coûts à l’unité. Exemple des porte-conteneurs : 900 EVP en 1968 et 9200 EVP aujourd’hui. Exemple coût moyen du fret maritime par tonne de marchandise :60 $ en 1930 contre 29 $ en 1990.
Des progrès organisationnels avec une nouvelle logique de desserte de type hub and spokes. Ce réseau privilégie un trafic en étoile autour d’un nœud géographique dans lequel s’opèrent les correspondances. Ces ports importants qui jouent le rôle de nœud sont des hubs maritimes.

B) Des flux maritimes massifs :
La révolution des transports entraîne uneaugmentation considérable des flux de marchandises. Ainsi, depuis 1950, ces derniers connaissent une croissance annuelle moyenne de 4,5 % par an. De même, la capacité de transport de la flotte mondiale a été multipliée par 6,5.
De la fin de la seconde guerre mondiale aux deux chocs pétroliers de 1973 et 1979, la croissance économique des pays développés se traduit par une part prépondérante du pétroledans le total des marchandises transportées par voie maritime : 54 % en 1979. A partir des deux chocs pétroliers, les marchandises diverses prennent le relais de la croissance : leur part dans le trafic total est de 41 % contre 26 % en 1970. La conteneurisation est l’outil maritime qui a rendu possible cet accroissement des flux des autres marchandises par voie maritime. Elle concentre aujourd’hui80 % du trafic des marchandises diverses par voie maritime.

II] La polarisation du monde par les flux maritimes :

La croissance extraordinaire des flux maritimes, et plus largement la mondialisation, ne signifie en rien un monde plus homogène, mais à l’inverse un renforcement des polarisations. Nombre de routes maritimes sont marginalisées.

A) Des pays producteurs vers les paysconsommateurs : l’exemple du pétrole
Les flux maritimes de pétrole s’expliquent par la dissociation entre les zones de production et de consommation. Les grands pays importateurs correspondent aux pays développés. Amérique du Nord, Europe et Asie orientale concentrent 82 % des flux d’importation. Ces trois régions vivent dans la dépendance des régions exportatrices.
L’Asie orientale dépend très fortement...
tracking img