Fonction de la prise de conscience, non comme introspection mais bien comme conduite, dans le développement des structures intellectuelles

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2007 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Fonction de la prise de conscience, non comme introspection mais bien comme conduite, dans le développement des structures intellectuelles : ce qu’elle est susceptible d’apporter de nouveau.

1. Présentation de l’auteur
Jean William Fritz Piaget, (9 août 1896 à Neuchâtel - mort le 16 septembre 1980 à Genève), est un psychologue, biologiste, logicien et épistémologue suisse connu pour sestravaux en psychologie du développement et en épistémologie ou l'épistémologie génétique.
Il a obtenu sa thèse de doctorat, en 1918, de l'Université de Neuchâtel. Il était un post-doctorant à l’université de Zürich entre 1918 et 1919.
En 1919 et jusqu’au 1921 il a occupé le poste d’un assistant d'Alfred Binet, à l’université de Paris, pendant laquelle il a étudié les processus du développementde l'intelligence.
En 1921, il est appelé par Édouard Claparède et Pierre Bovet à l'Institut Jean-Jacques Rousseau de l'Université de Genève pour occuper le poste de chef de travaux. Il sera successivement professeur de psychologie, sociologie, philosophie des sciences à l'Université de Neuchâtel (1925 à 1929), professeur d'histoire de la pensée scientifique à l'Université de Genève de 1929 à1939, directeur du Bureau international d'Éducation de 1929 à 1967, professeur de psychologie et de sociologie à l'Université de Lausanne de 1938 à 1951, professeur de sociologie à l'Université de Genève de 1939 à 1952, puis professeur de psychologie expérimentale de 1940 à 1971. Il participe en 1928 au premier cours universitaire de Davos, avec de nombreux intellectuels français et allemands. Il aété le seul professeur suisse à être invité à enseigner à la Sorbonne, de 1952 à 1963. Il fondera en 1955 le Centre International d'Épistémologie Génétique, qu'il dirigera jusqu'à sa mort. Dans ce centre seront amenés à travailler d'éminents psychologues et neuropsychologues français. A la fin de sa carrière, depuis 1971 et jusqu’au son décès, il occupait le poste de professeur émérite.
Sa longuecarrière lui permet de publier un nombre assez impressionnant d'écrits. Parmi lesquels : Le développement moral de l’enfant (1932), Sagesse et Illusions de la philosophie (par Jean-Claude Bringuier, 1976) et La prise de conscience (1974).

2. Séminaire de lecture sur le texte relié au thème
L'extrait étudié dans le cadre du cours provient du livre La prise de conscience (1974), plusparticulièrement, l’avant propos (pages 7-9) et les conclusions générales (pages 261-282). Dans l’avant propos Piaget explique que la prise de conscience est une conduite qui sert dans le développement. Piaget observait en 1974 qu’au niveau du centre des apprentissages, il faut un certain temps pour passer du « savoir-faire » au « savoir dire comment on fait ». La connaissance se fait à partir del’interaction entre le sujet et l’objet, de plus, réussir est le résultat d’un savoir-faire et comprendre est le propre de la conceptualisation.
« Comprendre consiste à dégager la raison des choses tandis que réussir ne revient qu’à les utiliser avec succès, ce qui est certes une condition préalable de la compréhension mais que celle-ci dépasse puisqu’elle en arrive à un savoir qui précède l’action et peut sepasser d’elle ».[1]
Une discussion est émergée concernant la naissance de la pensée humaine. Pour Descartes et Kant la conscience est donnée dès le départ. Alors que, Selon Piaget, l'origine de la pensée humaine ne naît pas de la simple sensation, elle n'est pas non plus un élément inné. Elle se construit progressivement lorsque l'individu, et en particulier l'enfant, entre en contact avec lemonde. Grâce à ces contacts répétés l'enfant développe des unités élémentaires de l'activité intellectuelle, appelées schèmes.
Un schème est la structure ou l'organisation des actions telles qu'elles se transfèrent ou se généralisent lors de la répétition d’une action en des circonstances semblables ou analogues.[2]
"Le schème d'une action n'est ni perceptible (on perçoit une action...
tracking img