Francais 1ere dissertation sur le conte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1788 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Au XVIIIe siècle, le conte apparaît souvent comme une forme de récit exclusivement divertissant. En 1974, l’Encyclopédie le définit comme « un récit fabuleux » dont « le but est moins d’instruire que d’amuser ».Bien que pour Voltaire le genre du conte reste mineur par rapport à des genres nobles tel que la tragédie ou l’épopée , il est surtout célèbre pour être le père des contes philosophiques ,en effet chez lui le conte exprime «  Les résultats d’une philosophie profonde sans cesser d’être naturelle et piquante sans cesser d’être vrai « (Condorcet , Vie de Voltaire, 1789). On peut faire un bref résumé de l’objectif principal du conte philosophique pour Voltaire par cette citation parut dans Le Taureau blanc « Je voudrais (…) que, sous le voile de la fable, il laissa entrevoir aux yeuxexercés quelques vérités fine qui échappe aux vulgaires ». A travers cette citation, Voltaire fait part de sont souhait de voir que la fantaisie du conte n’entrave pas la compréhension de la thèse pour les Lecteurs aguerris. Dans un premier temps nous verrons comment un lecteur peut ne pas répondre au souhait de Voltaire. Puis nous verrons que les auteurs prennent soin de rendre visible leursidées.

On peut penser à première vue que le couvert de la fable fait perdre de vue au lecteur l’intention didactique.

Le conte philosophique met en scène des personnages dont le profil psychologique souvent tortueux se découvre au fur et à mesure de voyages tous plus imprévisibles et lointains les uns que les autres dans une histoire souvent très brève, remplit d’aventure imaginaires etfantastiques. L’histoire capte évidemment l’interet du lecteur et le divertit. Nous pouvons donc dire que la fable peut grâce à son histoire pleine d’action emporter son lecteur qui ne prendra le conte qu’au premier degrés. En effet l’apologue exprime des idées souvent complexe en une histoire courte avec des descriptions minimes ou inexistantes et le lecteur peut facilement emporté par l’action perdrela vertu philosophique de l’histoire. Ainsi dans Zadig de Voltaire le lecteur découvre le monde orientale qui est utilisé par Voltaire comme un masque très efficace mais qui capte particulièrement l’attention du lecteur comme dans Candide de Voltaire ou le jeune personnage éponyme voyage dans le monde entier et ou l’action omniprésente n’est pas entraver par de nombreuses descriptions. La Fontainedans Le pâtre et le lion montre que les gens on besoin de lire des histoires divertissantes « Une morale nue apporte de l'ennui. / Le conte fait passer le précepte avec lui. / En ces sortes de feinte il faut instruire et plaire… » Mais a trop divertir, le lecteur perd le but premier du conte philosophique, c'est-à-dire le réflexion sur le monde qui l’entoure. Cette succession d’idée peut ainsifavorisé le flou et l’incompréhension du lecteur.

Bien que le conte philosophique soit écrit a la troisième personne une connivence s’installe généralement entre l’auteur et son lecteur. Cette connivence est surtout fondée sur une culture commune entre l’auteur et le lecteur hélas tous les lecteurs ne peuvent donc pas comprendre le sens caché de la fable notamment pour protéger l’auteur du contede la censure. Un lecteur peut donc croire que voltaire critique les philosophes des Lumières sous prétexte qu’il a créé un personnage, Pangloss, personnage caricatural qui permet d’interpeller le lecteur. Dans Candide également Voltaire ajoute la parodie à la satire et à l’ironie généralement présentes dans les fables. En effet le premier Chapitre est une parodie des premiers textes de laGenèse, du paradis terrestre dans lequel se trouvent Adam et Eve et duquel ils se font chassé comme Candide. Ce chapitre nous montre qu’une grande culture et pas seulement de l’époque de l’auteur est nécessaire pour ne pas tomber dans de véritables contre sens. Ainsi on peut très bien lire Lorsque j’étais une œuvre d’art d’Eric Emmanuel Schmitt sans comprendre qu’il y a une réflexion sur l’Homme...
tracking img