Francais

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2509 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire composé : Guillaume Apollinaire : Poèmes à Lou : « Si je mourais là-bas...»
Texte étudié :

Si je mourais là-bas sur le front de l'armée
Tu pleurerais un jour ô Lou ma bien-aimée
Et puis mon souvenir s'éteindrait comme meurt
Un obus éclatant sur le front de l'armée
Un bel obus semblable aux mimosas en fleur

Et puis ce souvenir éclaté dans l'espace
Couvrirait de mon sang lemonde tout entier
La mer les monts les vals et l'étoile qui passe
Les soleils merveilleux mûrissant dans l'espace
Comme font les fruits d'or autour de Baratier1

Souvenir oublié vivant dans toutes choses
Je rougirais le bout de tes jolis seins roses
Je rougirais ta bouche et tes cheveux sanglants
Tu ne vieillirais point toutes ces belles choses
Rajeuniraient toujours pour leurs destinsgalants

Le fatal giclement de mon sang sur le monde
Donnerait au soleil plus de vive clarté
Aux fleurs plus de couleur plus de vitesse à l'onde
Un amour inouï descendrait sur le monde
L'amant serait plus fort dans ton corps écarté

Lou si je meurs là-bas souvenir qu'on oublie
- Souviens-t'en quelquefois aux instants de folie
De jeunesse et d'amour et d'éclatante ardeur -
Mon sang c'estla fontaine ardente du bonheur
Et sois la plus heureuse étant la plus jolie

Ô mon unique amour et ma grande folie

1. Baratier : général français mort au combat en 1917.

Commentaire :

Recueil poétique de Guillaume Apollinaire, pseudonyme de Wilhelm Apollinaris de Kostrowitzky (1880-1918), Poèmes à Lou fut publié partiellement sous le titre Ombre de mon amour à Genève chez PierreCailler en 1947. Si quelques poèmes avaient paru dans l’Apollinaire d’André Rouveyre en 1945, une édition intégrale en fac-similé intitulée Poèmes à Lou vit le jour à Genève chez Cailler en 1955.
Les Poèmes à Lou, pourvus ou non d’un titre, ont été écrits entre le 8 octobre 1914 et la fin de septembre 1915. Leur facture est variée, depuis l’emploi rigoureux des mètres traditionnels jusqu’à la librefantaisie du calligramme. Certains de ces poèmes, tous adressés à la femme aimée, constituent parfois des lettres entières mais la plupart sont des fragments versifiés de lettres par ailleurs rédigées en prose. Même isolés de leur contexte, les Poèmes à Lou ont assez de force pour être lus de manière autonome.
Le poème « Si je mourais là-bas… » est composé de cinq quintils suivis d’un verssolitaire, tous en alexandrins. Il évoque l’éventualité de la mort du poète, et ce qu’il résulterait de son amour pour Lou, figure, dans ce recueil, de la femme aimée.
Il s’agira de voir en quoi, malgré la sourde angoisse du poète de sa mort hypothétique, la poésie sert de refuge et d’espace d’espérance, dans lequel il parvient à retrouver Lou, son aimée. Nous verrons dans une première partie le souvenir; puis, dans une seconde partie, l’omniprésence de la guerre ; enfin, dans une troisième partie, l’espoir jamais trahi du poète.

I Le souvenir
A/La structure commémorative : le chant mémoriel
l’isotopie du souvenir : de nombreux termes dans le poème reprennent la trame du souvenir. Le terme souvenir lui-même apparaît à quatre reprises, au long du poème, et ce terme lui-même entraîne sespolyptotes (comme « souviens-t’en »). Hormis dans la strophe centrale, on trouve le terme « souvenir » dans chacune des strophes ; c’est dire que le poème dans son ensemble est dédié à la thématique du souvenir.
les temps verbaux : cette structure commémorative entraîne un système verbal particulier. De fait, contrairement à ce que l’on pourrait attendre, aucun passé n’apparaît dans ce poème. Laplupart des verbes sont au conditionnel présent, et les autres verbes sont tous au présent de l’indicatif. La dernière strophe notamment voit s’achever la fin de la structure principale au conditionnel pour consacrer le présent comme temps final. Le souvenir n’est donc pas pour le poète un procédé de ressassement du passé, mais constitue comme un objet qu’il manipule dans son présent. On peut...
tracking img