Freud

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1009 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 juillet 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Freud
1) Sur quoi le philosophe s’appuie-t-il pour élaborer sa pensée?
Freud s’appuie sur la psychanalyse pour élaborer sa pensée. En effet, il utilise l’analyse des instances psychique de l’homme pour définir sa nature et la dissocier des mécanismes comportementales qui servent davantage à la survie en société. De par cette méthode, il décèle les malaises psychiques se reflétant dans l’étatphysique de ses patients. Pour Freud, c’est par cette étude appliquée que l’on peut faire le constat d’une nature humaine de ses pulsions et de ses régulations. Il ne croit donc pas que se prêter à des exercices de logique et de raison servent en quoi que ce soit à trouver l’essence de l’homme. En fait, il croit plutôt que c’est cette même rationalité, ce contrôle enchâssé dans les mœurs del’époque Victorienne, qui brime l’esprit premier de l’homme.

2) Quel est le sujet traité par le philosophe?
Freud traite essentiellement du somatisme, une théorie présentant les troubles mentaux et physique chez l’homme comme l’expression d’un malaise psychique. Freud aborde donc essentiellement les non dits de ses patients qui se manifestent par le physique. Selon lui, c’est par l’archéologie de l’âme,le fait de faire surgir les éléments enfouis du passé, qu’un tel lien peut être établi. Freud traite donc du comportement de l’homme comme divisé entre la nature de ce dernier et les normes et mœurs dictées par la société. Il tire d’ailleurs de cette constante opposition des modèles de description de l’âme humaine.

3) Pour le philosophe quel est l’élément central qui caractérise l’être humain?Pour Freud, l’être humain est essentiellement un être de pulsion et de désirs. Selon son modèle de description de l’âme humaine le Ça, l’instance psychique représentant le principe du plaisir pulsionnel naturel chez l’homme, est régulé par le Moi, l’instance psychique basé sur le principe de réalité afin de garder un équilibre avec la troisième instance psychique, le Surmoi, dicté par les mœurset normes rigides à suivre.
Ces malaises sont pour lui le reflet d’une contradiction entre les normes sociales et la nature de l’homme beaucoup moins rationnelle que l’époque Victorienne le prétendait.

4) Quelle critique le philosophe fait-il de l’être humain?
Freud critique le refoulement des désirs par l’être humain qui se rend malade à vouloir nier tout contenu dérangeant avec de tropgrands efforts. En étant insuffisamment à l’écoute de ses pulsions, l’homme refuse de voir l’inconscient faire surface à sa conscience par différents symptômes et tensions. Le raisonnement est souvent alors utilisé afin d’excuser, de dissimuler l’inavouable. Selon Freud, ces mécanismes de défenses sont orientés vers la quête d’un esprit pure une chose que l’humain ne possède pas même à l’état naturelet sont donc voués à l’échec.

5) Comment le philosophe décrit-il la vie en société?
Freud décrit la présence d’un malaise dans la civilisation puisque selon lui celle-ci est inadaptée à la nature humaine et va jusqu’à en brimer l’expression et à en créer des tensions. Il affirme que c’est par nécessité que nous nous respectons en communauté et que nous sommes régit par un étiquette, desprotocoles et des mœurs conservateurs sans quoi nous laisserions libre cours à notre nature et nos désirs subversifs à la vie en société.

6) Quels sont les problèmes que le philosophe soulève?
Freud soulève donc le problème de la rigidité des mœurs victoriens qui tendent à refouler l’expression de l’essence humaine. Pour Freud, prêter des intentions pures et rationnelles à l’être humain est unetotale négation dont l’évidence est si inévitable qu’elle refait surface par le biais de malaises physiques. Ce constant combat afin d’éviter tout contenu dérangeant mais pourtant inné chez l’homme est renforcé par les sanctions et l’isolement que subissent les libertins. Selon lui, la place que la civilisation donne à l’expression des instincts naturels de l’homme est si minime qu’un inconfort...
tracking img