Gibier

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2636 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
I- Présentation du secteur du gibier à plumes L’élevage de gibier à plumes consiste à détenir un oiseau, à l’origine sauvage, en captivité pour le reproduire, soit pour offrir au consommateur une nouvelle gamme de viande ayant des caractéristiques diététiques d’un produit carné appétissant et noble, soit pour produire des oiseaux pour la réintroduction dans la nature pour les besoins de la chasseou de repeuplement et ce afin de préserver l’environnement écologique. L’introduction de cette nouvelle filière en Tunisie a un double intérêt : elle offre de nouvelles opportunités d’investissement aux nouveaux promoteurs, d’une part, et devrait entraîner la diminution de la pression humaine sur la faune sauvage par la mise sur le marché des produits d’élevage du gibier à plumes, d’autre part.L’élevage de la caille du Japon est l’élevage de gibiers à plumes le plus courant en Tunisie car il est le plus facile à mettre en place du point de vue coût d’installation et d’exploitation. Il est à signaler qu’un élevage de faisan pour la viande existe dans la région de Tunis. Alors que l’élevage de la pintade et du canard sont pratiqués d’une façon traditionnelle à une échelle limitée. Au niveaumondial, la France, qui a commencé à développer l’élevage de gibier à plumes dans les années 60, a connue une forte progression au début des années 80. Ce développement l’a placé au premier rang européen dans ce domaine. Elle devient ainsi leader en matière d’exportation. L’Angleterre a importé de la région de Maine et de la Loire jusqu’à 40000 oeufs par semaine en 1999, du 15 mars au 15 juin(période d’autorisation d’export). L’Espagne second client des Français achète surtout des poussins et des animaux démarrés ou âgés de trois à cinq semaines. Les espèces de gibier à plumes potentiellement utiles à élever, sont celles dont les techniques d’élevage sont bien maîtrisées et pratiquées dans plusieurs pays. Ces espèces sont : les faisans, les perdrix, les cailles, les pintades, les pigeons,les canards et les oies. II- Techniques d’élevage de gibier à plumes L’élevage traditionnel amélioré présente un compromis qui permet de préserver l’aspect sauvage du gibier à élever et la production d’oiseaux aux qualités proches de celles des oiseaux chassés dans la nature. C’est en optant pour ce mode de conduite qu’on pourra éviter d’assimiler ce type d’élevage à l’aviculture classique.

1 Il y a lieu de distinguer entre deux conduites d’élevage dont les concepts sont parfois très différents, à savoir : - L’élevage des jeunes : c’est un élevage extensif en volière qui respecte les exigences écologiques de l’espèce et qui permet de produire des oiseaux qui gardent encore leurs caractères sauvages leurs permettant même de mener à bien des couvées dans la nature. - L’élevage desreproducteurs : C’est un élevage plus intensif et plus technique que celui des jeunes, et par lequel on cherche à produire davantage d’œufs et de poussins d’un jour ou démarrés. L’éleveur de reproducteurs doit connaître et maîtriser les techniques de sélection pour atteindre une bonne productivité. Il doit chercher la ration adéquate pour ses reproducteurs afin d’éviter leur engraissement. Il doitsavoir agir sur la durée d’éclairement pour prolonger la période de fertilité sexuelle, et ce par l’application progressive de la durée d’éclairement optimale pour le déclenchement de la ponte, et doit enfin maîtriser l’utilisation des couveuses. - Conduite des élevages de gibier à plumes à des fins cynégétiques ou de repeuplement La conduite des élevages des différentes espèces préconisées pourêtre élevées à des fins cynégétiques et de repeuplement est identique à celle des élevages destinés à la commercialisation à des fins gastronomiques. Cependant l’éleveur doit s’employer à produire des oiseaux de qualité possédant de bonnes aptitudes à la réintroduction dans la nature. Pour ce faire, l’éleveur doit respecter les conditions suivantes : - La densité minimale d’oiseaux par m² en...
tracking img