Hopitaux

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1516 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Zemour La région d’Argolide
KaÏNA
4°2

Dans l'Antiquité, l'Argolide comprenait, outre l'État d'Argos, la Trézénie, l'Épidaurie et l'Hermionie. Ses villes principales étaient Argos, Mycènes, Tirynthe, Nauplie, Trézène, Hermione et Épidaure.
Peuplée aux origines par les Pélasges, l'Argolide appartient ensuite aux Inachides (1986-1572 av. J.-C.).
Danaos fils de Bélos, les en chasse et leursubstitue la dynastie des Bélides. Après la mort d'Abas (1498 av. J.-C.), l'Argolide est partagée entre ses fils jumeaux Proétos et Acrisios, ce dernier régne à Argos.
Se succèdent alors sur le trône d'Argos, Persée petit fils d'Acrisios, Sthénélos fils de Persée et Eurysthée fils de Sthénélos et oncle d'Héraclès.
Les Pélopides y règnent ensuite au détriment d'Hercule et de ses descendants.Agamemnon, petit-fils de Pélops et fils d'Atrée, possède Argos au temps de la guerre de Troie (1280 av. J.-C.).
Quand les Héraclides reviennent dans le Péloponèse (1190 av. J.-C.), Argos échoit à Téménos.
En 820 av. J.-C., après la mort d'Ératos, la royauté est abolie et remplacée par une oligarchie.
Pendant le VII siècle av. J.-C. et au-delà, cette contrée est longtemps soumise aux Spartiates.
L'an233 av. J.-C., l'Argolide se réunit à la Ligue achéenne; elle succombe avec elle en 146 av. J.-C.
Ensuite, elle se soumet successivement aux Romains, à Byzance, aux princes croisés, à Venise, à l'Empire ottoman. Elle ne recouvre son indépendance qu'en 1825 pour faire partie de la Grèce.

Le sanctuaire d’Asclépios (Epidaure)

Le sanctuaire d'Épidaure a été fouillé de 1879 à 1928 parl'archéologue grec Panagiotis Kavvadias, puis continuellement de 1948 à nos jours.
Propylée [modifier]
La route venant du nord conduisait les pèlerins à l'entrée nord du sanctuaire, marquée par un propylée monumental de la fin du IVe siècle av. J.-C., dont il subsiste un soubassement massif à deux rampes symétriques. Le propylée, inaccessible aux chars, avait deux façades symétriques d'ordre ionique,tandis que la toiture était soutenue par quatorze colonnescorinthiennes[1].
Temple d'Asclépios
Le temple d'Asclépios, construit vers -490 par l'architecte Théodotos, était un temple dorique hexastyle (6 x 11 colonnes) de 24,30 x 13,20 m, décoré de frontons (Amazonomachie, Centauromachie, prise de Troie) et d'acrotères par le sculpteur Thimothéos d'Épidaure. La statue de culte chryséléphantineétait l'œuvre du sculpteur Thrasymédès de Paros. Il n'en subsiste que le soubassement et la rampe d'accès, ainsi que deux exèdres[1].
Tholos
La tholos, œuvre de Polyclète le Jeune, est un temple rond de marbre blanc du milieu du IVe siècle av. J.-C., à 26 colonnes doriques externes et 14 colonnes corinthiennes internes délimitant la cella. Le plafond à caissons était décoré de grandes fleurssculptées, dont certaines, parvenues jusqu'à nous, sont exposées au musée. Le sol était couvert d'un dallage noir et blanc comportant en son centre une dalle blanche mobile qui donnait accès au sous-sol, conservée in situ. Ces fondations de 21,82 m de diamètre sont composées de murs et couloirs circulaires concentriques communiquant entre eux. Il est possible que la tholos soit le lieu où étaientconservés les serpents sacrés du dieu guérisseur Asclépios, de caractère éminemment chthonien[1].
Portique d'incubation
Ce bâtiment du IVe / IIIe siècle av. J.-C., encore appelé abaton ou enkoimétérion (« lieu où l'on est couché »), est un long portique de 70 m de long et 9,50 m de large. Il subsiste des éléments de la structure dorique qui soutenait l'étage et quelques supports des couchettes oùles pèlerins attendaient le rêve salvateur qui les guérirait de leurs maux[1].
Le portique d'incubation a été valorisé au début des années 2000 par des travaux d'anastylose.
Salles de restauration ou gymnase
Le sanctuaire s'étend au sud par des établissements destinés à la restauration et à l'hébergement des pèlerins. Un vaste établissement de 76 x 70 m, d'abord interprété comme un gymnase...
tracking img