Hvhjvvvv

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1036 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Marie - la protagoniste - était dans la vie réelle une jeune fille d'environ vingt-cinq années, récemment mariée avec un employé des services publics. Une après-midi de pluies torrentielles, quand il(elle) voyageait seule en route solitaire, son automobile s'est décomposée. Au bout d'une heure de signes inutiles aux véhicules qui passaient, le conducteur d'un autobus a compati à elle. Il(elle)n'allait pas très loin, mais il suffisait à Marie de trouver un endroit où il y avait un téléphone pour demander à son mari de venir à la chercher. Il ne lui serait jamais arrivé que dans cet autobus de location, occupée complètement par un groupe de femmes abasourdies, il(elle) avait commencé pour elle un drame absurde et immérité qui lui a changé la vie pour toujours.
Au crépuscule, encore sousla pluie persistante, l'autobus est entré dans la cour pavée d'un édifice énorme et sombre, situé dans le centre d'un parc naturel. La femme responsable des autres les a fait descendre avec des ordres un peu infantiles, comme si elles étaient des petites filles d'école. Mais toutes étaient plus grandes, émaciées et absentes, et se mouvaient avec une marche qui ne paraissait pas de ce monde. Mariea été la dernière qui est descendue sans se préoccuper de la pluie donc de toute façon, elle était trempée jusqu'à l'âme. La responsable du groupe le s'est recommandée alors aux autres, qui sont sorties pour le recevoir, et est partie dans l'autobus. Jusqu'à ce moment, Marie ne s'était pas rendue compte que ces femmes étaient 32 malades pacifiques déplacées d'une autre ville, et qui se trouvait enréalité dans un asile de folles.
À l'intérieur de l'édifice, Marie s'est séparée du groupe et a demandé à une employée où il y avait un téléphone. L'une des infirmières qui conduisait les malades l'a fait revenir à la file tandis qu'il(elle) lui disait d'une très douce manière : "Par-ci, il(elle) touche, par-ci il y a un téléphone". Marie a suivi, avec les autres femmes, par un coureurténébreux, et à la fin il est entré dans une chambre à coucher collective où les infirmières ont commencé à répartir les lits Aussi à Marie ils(elles) l'ont assigné la leur. Plutôt amusée de l'équivoque, Marie a expliqué alors à une infirmière que son automobile s'était décomposée sur la route et seulement elle avait besoin d'un téléphone pour prévenir son mari. L'infirmière a feint l'écouter avec attention,mais il(elle) l'a portée à nouveau à son lit, en essayant de la calmer avec de doux mots.
"D'un accord, il(elle) touche", il(elle) lui disait, "si tu te conduis bien, tu pourras parler par téléphone à celui que tu aimes. Mais maintenant non, demain".
En comprenant de tôt qu'il(elle) était sur le point de tomber dans une trappe(piège) mortelle, Marie a échappé en courant de la chambre à coucher.Mais avant d'arriver à la porte, un garde corpulent lui a donné une portée, a appliqué une clef maîtresse, et d'autres deux l'ont aidé à mettre une chemise de force. Peu après, comme il(elle) ne cessait pas de crier, ils(elles) ont injecté un somnifère. Le lendemain, étant donné que il(elle) persistait dans son attitude insurgée, ils(elles) l'ont déplacée au pavillon des folles furieuses, etl'ont soumise jusqu'à l'épuisement avec un tuyau d'arrosage d'eau glacée à haute pression.
Le mari de Marie a dénoncé sa disparition peu de temps après le minuit, quand c'a été sûr qu'il(elle) ne se trouvait pas dans une maison d'aucune connaissance. L'automobile - abandonné et démantelé par les voleurs - a été récupérée le lendemain. Au bout de deux semaines, la police a déclaré comme clôture lecas, et a existé par bonne l'explication dont Marie, désillusionnée de sa brève expérience matrimoniale, s'était enfuie avec l'autre.
Pour cette époque, Marie ne s'était pas adaptée toujours(encore) à la vie du sanatorium, mais son caractère avait été plié. Il(elle) se refusait à participer encore aux jeux à, un air libre des malades, mais personne ne forçait depuis elle. En fin de compte,...
tracking img