Immuno

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1201 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
TS / IMMUNOLOGIE

UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE : LE SIDA (syndrome d'immuno-déficience
acquise)
Le VIH et la primo-infection
Le VIH (virus de l'immunodéficience humaine) est transmis par voie sexuelle, par voie sanguine ou au cours de la grossesse dela mère à l'enfant.
Le VIH appartient à la catégorie des rétrovirus (virus à ARN).
Les cellules cibles du VIH sont principalement des cellules immunitaires : lymphocytes T4, monocytes et macrophages. Ces dernières cellules (monocytes et macrophages) jouent un rôle de véritable réservoir, notamment dans les ganglions lymphatiques. Elles possèdent des protéines membranaires, la plus importanteétant CD4, auxquelles le virus s'amarre par l'intermédiaire d'une protéine de son enveloppe, ce qui lui permet de pénétrer dans la cellule hôte.

Une enzyme virale, la transcriptase inverse, transcrit l'ARN viral en ADN dans les cellules infectées. Cet ADN est intégré au génome de la cellule et s'exprime, permettant la reproduction du virus sous forme de particules virales infectieuses et leurdissémination notamment dans les organes lymphoïdes.

Pendant cette période, les symptômes se limitent le plus souvent à ceux d'une maladie virale bénigne.

La phase asymptomatique
1. Deux semaines à quelques mois après la contamination, la présence dans le sang de différents anticorps anti-VIH est décelée, le sujet est dit alors "séropositif pour le VIH".
2. Apparaissent en même temps dans lesang du sujet contaminé des lymphocytes T cytotoxiques spécifiques dirigés contre les cellules infectées par le VIH.
3. Pendant cette période asymptomatique de plusieurs années, les défenses immunitaires restent actives mais les virus continuent à se multiplier et le nombre des LT4 continue à diminuer.

Le SIDA : phase symptomatique
En absence de traitement, le nombre des LT4 baisse. Le SIDA secaractérise alors par diverses maladies opportunistes.

LES PROCESSUS IMMUNITAIRES MIS EN JEU - GENERALISATION

1°) Les anticorps, agents du maintien de l'intégrité du milieu extracellulaire
La séropositivité pour le VIH correspond à la présence d'anticorps spécifiques contre certaines protéines du virus.
La synthèse d'anticorps est la signature d'une réaction de l'organisme à la présenced'éléments étrangers (antigènes).
Les anticorps sont des effecteurs de l'immunité acquise.
Ils agissent dans le milieu extracellulaire (ou milieu intérieur) en se liant spécifiquement aux antigènes qui ont déclenché leur formation.

Les anticorps sont des immunoglobulines, protéines circulantes du milieu intérieur constituées d'une partie constante et d'une partie variable.
La spécificité desanticorps est due à la partie variable.

La liaison antigène - anticorps entraîne la formation de complexes immuns, favorisant l'intervention de mécanismes innés d'élimination de ces complexes.
Les cellules phagocytaires telles que les macrophages, les polynucléaires (ou granulocytes) expriment des récepteurs de la partie constante des anticorps ; elles fixent par l'intermédiaire de cesrécepteurs les complexes immuns et les éliminent par phagocytose. Il y a ainsi coopération entre mécanismes innés (phagocytose) et acquis (anticorps).

Les anticorps sont produits par des lymphocytes B sécréteurs ou plasmocytes.
De très nombreux clones de LB se distinguant par leurs anticorps membranaires qui servent de récepteurs pour l'antigène, préexistent avant tout contact avec celui-ci.
Lareconnaissance d'un antigène donné par un LB porteur d'un récepteur spécifique de cet antigène entraîne la multiplication de ce lymphocyte et la formation d'un clone de LB ayant la même spécificité.
Les LB obtenus se différencient en plasmocytes et en LB mémoire.
Dans la majorité des réactions immunitaires, cette multiplication est dépendante d'une autre population de lymphocytes, les LT4. (voir...
tracking img