Ivresse chez les jeunes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3006 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’alcool et les jeunes, phénomène de société, réel problème, commerce florissant et opinion publique choquée ou laxiste. Où en sommes-nous en France aujourd’hui face à cette pseudo nouveauté qui fait de plus en plus la une de certains médias ?
Le thème de « l’alcool et les jeunes » revient régulièrement dans la presse. Dernièrement Psychologies magazine titrait en une : « Les jeunes etl’alcool : quand s’inquiéter ? » et ce journal ne reste qu’un exemple parmi tant d’autres. 
Nous assistons donc à un véritable problème de société et les points de vue divergent grandement, avec certains parents qui déclarent que « on est tous passé par là, il faut bien qu’ils vivent » ou d’autres beaucoup plus radicaux qui voient un véritable fléau pour la jeunesse.

Une tradition française ?
La Franceest un grand pays consommateur d’alcool et qui plus est avec une certaine « religion » de l’alcool : le fait de voir de très jeunes gens buvant un verre de vin à table en famille est de manière générale vu comme « normal » dans des régions comme les alentours de Bordeaux. De même, les alcools plus spiritueux sont régulièrement bu par les jeunes (voire là encore très jeunes) dans des régions commeles alentours de Cognac. De même que la fin d’une coupe de champagne est souvent donnée lors de fêtes ou soirées à ces mêmes jeunes. 
La France a donc une relation à l’alcool qui n’est pas la même que tous les autres pays européens. D’ailleurs une étude fait remarquer qu’il existe même de fortes disparités géographiques au niveau de la consommation, au sein même du territoire français : ainsi,l’usage le plus répandu d’alcool se trouvera dans les régions de la façade Atlantique du pays : « de la Bretagne à l’Aquitaine, ainsi que dans le Limousin, en Auvergne et en Rhône-Alpes ». D’autres régions sont beaucoup moins touchées comme le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie et l’Ile-de- France. 
Comme nous l’avons dit, alors que certains avancent la thèse d’une « tradition locale, régionale ounationale », d’autres préfèrent parler de « présence de causes sociales d’une consommation excessive : le désoeuvrement, le chômage, l’échec scolaire ou professionnel... » comme le déclare le Dr Phillippe Batel, chef du service d’addictologie de l’hôpital Beaujon à Clichy.
Une étude de l’Institut de recherches scientifiques sur les boissons (IREB) datant de 2001 a confirmé certaines thèses évoquéesci-dessus : « L’entrée dans la consommation se fait dans un contexte familial, que ce soit à la maison ou au restaurant. 70% des jeunes déclarent consommer en famille à 13-14 ans. La consommation reste ainsi "encadrée" par des adultes qui prodiguent une sorte "d’éducation" aux boissons alcoolisées. » On reste mine de rien en face du : « Bois si tu veux être un homme » pour beaucoup de spécialistesmême si d’autres déclarent que les jeunes n’ont plus besoin de ça pour boire. 
Pourtant, l’étude déclare qu’avec l’âge les milieux et les façons de consommer se diversifient grandement : avec l’âge, la fin du verre des fêtes familiales devient la « murge » ou encore la « biture » du vendredi ou samedi soir au bar ou chez quelqu’un entre amis.

« Ça dépend de ce qu’ils boivent... »
Les industrielsde l’alcool et de spiritueux ont vite compris les bénéfices qui pouvaient découler de la vente vers ce nouveau public grand consommateur qu’est la jeunesse. Depuis quelques années on assiste à une modification des alcools vendus en grandes ou moyennes surfaces (lieu de prédilection des achats d’alcool) assez impressionnante. Le vin et la bière ont laissé place à toutes sortes de produits dérivéset, chose assez étrange, le goût de l’alcool se fait très lointain dans certaines boissons et le sucré prend sa place. Ainsi les diverses bières aromatisées à tout et n’importe quoi font fureur chez les plus jeunes (Desperados à la téquila, Amsterdam au whisky, ou encore le 51 citronné, Kriska à la vodka...). Même si l’ajout de deux alcools semble faire encore plus ivrogne, le but est...
tracking img