Jules ferry

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2220 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Jules Ferry

Introduction

Né le 5 avril 1832 à St Dié dans les Vosges, Jules Ferry est mort le 17 mars 1893 à Paris. Aujourd’hui il est principalement connu pour avoir laïcisé l’école et fondé l’identité française à travers la laïcisation. Cependant, Jules Ferry est avant tout un républicain qui a combattu sous le second empire et la troisième république pour faire respecter lesdroits de l’homme. A la fin de sa carrière politique il a également contribué à créer l’unité et la conservation de l’empire colonial français. Cependant ses actions coloniales parfois à l’encontre du parlement lui ont valu de se faire écarter du pouvoir, haït des députés, mais aussi des français. Comment se fait-il que celui que l’on considère comme l’incarnation de la république et le respect desdroits de l’homme ait fini haït par l’opinion politique ?

Plan : I] Jules Ferry républicain
II] L’église et l’école
III] Les colonies

I] Jules ferry républicain.

1°) L’opposition Républicaine sous le second empire.
Jules Ferry est né dans une famille bourgeoise et républicaine
En 1845, il fait des études de droit à Paris et deviens avocat comme de nombreux opposants aurégime car ce métier leur permet de pouvoir s’exprimer. A Paris, il découvre la ferveur démocratique et les débats politiques.
En 1855 il prononce le discours de rentrée sur le « 18è siècle et la philosophie » qui est en réalité une critique du pouvoir autoritaire. Ce faisant, il se déclare adversaire officiel de Napoléon III.
Jules Ferry fréquente les salons, parisiens et en 1806 estassidu chez Emile Ollivier, chef de file des opposants au régime (appartient au corps législatif).
Il crée avec Ollivier et Picard le Manuel électoral, un magazine de propagande indirecte rappelant leurs droits aux citoyens. Parallèlement, il publie de nombreux articles dans plusieurs journaux tout au long de sa vie.
Elections de 1863 : Ferry plaide dans toute la France pour les candidatspoursuivis pour délit d’opinion et publie ensuite un pamphlet « La lutte électorale de 1863 », écrit à partir des protestations des victimes de l’oppression impériale. Son, style mordant le fait reconnaître comme un solide espoir de l’opposition.
Elections de 1869 : Ferry est élut député de Paris et dénonce immédiatement le système électoral, les ministres au service de l’empereur.

2°) Larépublique.
1852 : Chute de l’Empire, guerre France/Allemagne.
4 septembre : avec Gambetta il mène les révolutionnaires du palais Bourbon à l’Hôtel de ville puis Ferry fait nommer les députés de Paris au gouvernement.
Il devient maire de Paris la même année. Et devra, durant le siège de Paris par Bismarck, maintenir l’ordre et s’occuper du ravitaillement de la capitale. Même s’il réussit àtenir en rationnant un maximum, il est irrévocablement détesté par les parisiens qui l’ont surnommé «Ferry  l’affameur ».
31 octobre : révolution à l’Hôtel de ville. Les insurgés exigent la démission du gouvernement. Ferry repousse le peuple en prenant le commandement de la garde nationale.
17 février 1853 : Thiers devient chef du pouvoir, Ferry conserve ses responsabilités.
LaCommune : Ferry libère Paris avec l’aide des versaillais le 12 mai. Mais ceci lui cause une défaite politique : écarté du pouvoir, il est muté à l’ambassade d’Athènes d’où il a une vision extérieure de la France.

3°) L’ordre moral.
1873 : Chute de Thiers, remplacé par Mac Mahon qui instaure l’ordre moral, c'est-à-dire une forte cohabitation entre Eglise et Etat.
Pour Jules Ferry, la chute deThiers n’est pas la chute des espoirs républicains. Il quitte Athènes et réintègre l’Assemblée, plaidant contre l’idée que le salut de la société nécessite une association étroite des pouvoirs publics avec l’Eglise. Il condamne les brimades, dénonce l’arbitraire du nouveau pouvoir et participe au mouvement anticlérical.
Les divisions du partit monarchiste jouent en la faveur des...
tracking img