La conference de bandung

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2645 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Décolonisation et non-alignement : communiqué final de la conférence de Bandung (14 Avril 1955)

En 1955, une trentaine de pays asiatiques et africains ont acquis leur indépendance. Le monde est alors dans un contexte de guerre froide opposant le bloc soviétique au bloc occidental. Ce tient alors la conférence de Bandung, en Indonésie du 18 au 24 Avril. L'Asie a été le premier continent à voirse multiplier de nouveaux États ayant accédé à leur indépendance, ce qui explique la localisation de la conférence à Bandung. Elle met le Tiers-Monde sur le devant de la scène mondiale. Le mot «  Tiers-Monde » désigne un ensemble de pays qui se démarquent des blocs occidental et soviétique. Ce met alors en place un groupe nommé « afro-asiatique », qui regroupe des pays solidaires, récemmentlibérés du colonialisme occidental. De ce groupe naît deux thèmes principaux : l’anticolonialisme et la recherche de la paix.
29 pays africains et asiatiques sont réunis pour la première fois. Les acteurs principaux de cette conférence sont : Nasser (Egypte), Nehru (Indes), Soekarno (Indonésie) qui la présidée, et Zhon Enlai (Chine). L’ensemble de ces pays du Tiers-Monde représente plus de la moitiéde la population mondiale mais seulement 8% des richesses. [Les 29 pays : Afghanistan, Arabie saoudite, Birmanie, Cambodge, Ceylan, Chine, Côte-de-l’Or (futur Ghana), Egypte, Ethiopie, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Japon, Jordanie, Laos, Liban, Liberia, Libye, Népal, Nord-Vietnam, Pakistan, Philippines, Soudan, Sud-Vietnam, Syrie, Thaïlande, Turquie, Yémen.]. La conférence est divisée en troiscommissions : politique, coopération culturelle et coopération économique. C’est un véritable triomphe, largement médiatisé.
Le document étudié ici est le communiqué final de la conférence de Bandung. C’est un document officiel largement diffusé dans le monde. Conscients de leur force, ces pays nouvellement indépendants décident donc de tout mettre en œuvre pour aider les autres colonies à acquérirelles aussi leurs indépendances. Ce communiqué final leur donne alors un nouvel espoir.
Cette conférence a d’abord été préparée en Décembre 1954 à Bogor, ou les puissances invitantes c'est-à-dire l’Inde, le Ceylan, le Pakistan, la Birmanie et l’Indonésie ont mis en place les préparatifs. Ils voulaient mettre en place une zone de paix fondée sur la coexistence pacifique. Ils sont motivés parla décolonisation et la menace d’instabilité de la guerre froide.
En 1955, de nombreuses conférence ont eu lieu, dans le même optique que la conférence de Bandung, mais aucune n’a eu la même importance : 23 Février, conférence de du traité de l'Asie du Sud-est (OTASE) à Bangkok, c’était un pacte s'inspirant du modèle de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), mais beaucoup moinspuissant par sa faiblesse militaire. Il est crée dans le cadre de la défense collective de l’Asie du Sud-est. [Membres : USA, France, Royaume-Uni, Australie, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Philippines, Thaïlande].Le 24 février : Signature du Pacte de Bagdad entre l'Irak et la Turquie. Construite sur le modèle de l'OTAN et conçue comme le prolongement de l'OTASE, cette alliance contraint les nations à lacoopération mutuelle et la protection, la non-intervention dans les affaires des autres. Mais il ne jouera lui aussi pas un grand rôle.
La conférence tente de dicter une ligne de conduite commune à tous, même si ce n’est pas toujours simple, en effet, 3 tendances ressortent de cette conférence :
_ Les non engagés (Inde & Egypte)
_ Les pro-occidentaux, pays membre de l’OTASE
_ Les payscommunistes (Chine, république démocratique du Viêt Nam).
Dans la première partie du texte allant de la l.1 à 40, les problèmes économiques sont d’abord mit en avant ainsi que la coopération économique. Puis de la l.41 à 45, c’est la coopération culturelle qui y est revendiqué. De la l.46 à 64, le droit des peuples à disposer d’eux même est prôné. De la l.65 à 82, la paix est définie comme un...
tracking img