La crise grecque

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1188 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 février 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
I . Quelle est la situation actuelle de la Grèce ?

Alors que l'ancien gouvernement annonçait un déficit public de 6% du PIB, Georges Papandréou, à peine arrivé au pouvoir en octobre 2009, découvrait un déficit de 12,9% et une dette publique à 115% du PIB, alors que la limite fixée par Bruxelles est de 3%.

II. Comment en est on arrivé là ?

Cette crise a été déclenchée par la révélationen décembre dernier par le nouveau gouvernement grec d’un déficit public beaucoup plus important qu’annoncé jusque-là. Faisant redouter que la Grèce ne soit plus en mesure de rembourser sa dette.
- Fraude fiscale généralisée: l'économie souterraine= 20% du PIB,
- dépenses publiques abondantes,
- poids des fonctionnaires
- Corruption politique

- statistiques économiques frauduleuses: en2004, le pays reconnait avoir modifié ses comptes publics pour donner l'illusion d'un déficit bas.

- les recettes fiscales grecques sont insuffisantes pour compenser les dépenses publiques. L'économie souterraine (fraude fiscale) dans les services à domicile et dans le tourisme est estimée à 20% du PIB, autant d'argent qui échappe à l'impôt.
- le tourisme et le transport maritime, les deuxpiliers de l'économie grecque, ont subi de graves revers avec -15% de leurs revenus en 2009.

- déficit structurel chronique : la Grèce a toujours été fortement endettée. Depuis dix ans, son ratio de dette publique n'est jamais descendu en dessous de 100% du PIB.

- n'a pas su profiter des années de forte croissance (entre 2000 et 2007) pour assainir ses finances publiques. Car la croissancereposait sur des bases fragiles : très faible taux d'exportation et endettement individuel très élevé.

III. Mesures d’urgence : Plan d’austérité

Des mesures d'urgence s'imposent :
- réduction des dépenses de l'État et des dépenses de santé,
- gel des salaires et des primes des fonctionnaires,
- recul de l'âge de la retraite.
La Grèce promet de ramener de cette manière son déficit public à8,7% du PIB fin 2010, mais ne convainc pas. Criblée de dettes, elle devra emprunter 53 milliards d'euros cette année si elle veut s'en sortir. Si l'Europe ne l'aide pas, c'est la faillite, un scénario catastrophe
dont personne ne veut parce qu'il risque de faire boule de neige. Mais la Grèce doit aussi éviter à tout prix l'explosion sociale qui gronde chez elle.
IV. Marchés financiers etspéculations sur la dette Grecque

L’annonce du Premier Ministre grec a donné le signal à une première vague de spéculations sur la dette grecque.
Afin subvenir à ses difficultés, l’Etat grec doit donc emprunter sur les marchés financiers. Ceux-ci le considèrent comme un mauvais emprunteur, et lui imposent des prêts à taux très élevés… Avec la crise actuelle, la spéculation a fait bondir les tauxd’intérêts, qui viennent peser encore davantage sur le déficit grec, créant un effet boule de neige.
Lorsque des investisseurs achètent des titres d’emprunt (obligations), ils peuvent s’assurer contre un hypothétique non-remboursement de la part d’une entreprise ou d’un État. Si la demande en CDS est grande, leur taux augmente : cela signifie que les investisseurs souhaitent se protéger contre le défautde paiement, c’est-à-dire que le « marché » considère que le risque est grand que l’emprunteur ne puisse rembourser son emprunt.
Au départ instruments d’assurance, les CDS sont devenus de purs produits spéculatifs aux effets dévastateurs.

- si le taux des CDS grimpe, les spéculateurs gagnent de l’argent,
- si les taux d’intérêt de la dette grimpent, ils gagnent de l’argent,
- si la Grècefait défaut, ils gagnent de l’argent.

Les agences de notation Standard & Poor's, Fitch et Moody's vont inciter les marchés financiers à spéculer d’avantage. Elles évaluent la solvabilité des états ou des entreprises et leur risque de non-remboursement. Elles attribuent ainsi des notes sur la qualité de la dette de la Grèce à court et à long termes, des indicateurs indispensables pour les...