La disserte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3126 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La remise en cause de l’affirmative action dans l’enseignement supérieur aux États-Unis : rupture ou faux-semblant ?

PAR DANIEL SABBAGH*

On assiste aujourd’hui aux États-Unis à une remise en cause quasi généralisée des politiques dites de discrimination positive, qui ont pourtant été un des piliers de la lutte contre les discriminations. Certains ont voulu faire croire que cet abandon sepasserait désormais sans dommages pour les minorités raciales, c’est exactement l’inverse qui se produit. Où en est-on dans l’enseignement supérieur ?

ux États-Unis, l’affirmative action (« discrimination positive ») désigne un ensemble de pratiques consistant à accorder aux membres de certains groupes précédemment soumis à un régime juridique discriminatoire et statistiquement sous-représentésdans les échelons les plus élevés de la hiérarchie socio-professionnelle un traitement préférentiel dans la répartition des emplois (publics et privés), des places à l’université (dès lors qu’il s’agit d’établissements sélectifs) et des marchés publics. Les groupes en question sont les Noirs, les femmes, les « Hispaniques », les Amérindiens, et parfois les Asiatiques. Plus précisément,l’expression « traitement préférentiel » fait référence à une situation dans laquelle, si l’on s’en tient au cas de figure simplifié d’une opposition entre les deux principaux groupes raciaux1, un candidat noir N1 sera sélectionné pour occuper une position déterminée alors qu’il existait au moins un candidat blanc dont le niveau de qualification était « supérieur », c’està-dire tel que si un autre candidatnoir, N2, avait présenté ce même niveau de qualification, c’est sa candidature à lui qui aurait été retenue, de

A

préférence à celle de N12. Autrement dit, c’est l’identification raciale qui constitue le facteur décisif quant à l’obtention ou la non-obtention du bien valorisé par les acteurs en présence. Le dispositif se caractérise donc par l’écart qu’il manifeste par rapport à deux normesdistinctes, aujourd’hui assez largement intériorisées par les différentes composantes de l’opinion publique
* Juriste, politiste, chercheur au CERI. 1. Aujourd’hui, dans la plupart des cas, l’usage du mot « race » dans le discours public aux États-Unis n’implique pas que le locuteur croie en l’existence des races en tant que catégories anthropologiques. Le terme s’analyse plutôt comme une périphraseimplicite désignant les groupes antérieurement soumis à la discrimination la plus systématique sur le fondement d’une idéologie raciste à prétention scientifique, désormais largement discréditée mais dont les effets demeurent perceptibles. Ce qui ne veut pas dire que la non-explicitation de ce glissement sémantique est sans conséquence. 2. Cette définition est empruntée à Thomas Nagel, « EqualTreatment and Compensatory Discrimination », dans M. COHEN, Th. NAGEL et Th. SCANLON (eds.), Equality and Preferential Treatment, Princeton University Press, Princeton, 1977, p. 3.

MOUVEMENTS N°25

janvier-février 2003 G 103

THÈMES

américaine : d’une part, une norme de non prise de la discrimination positive dans l’accès aux en compte de la « race » des individus dans l’alétablissementsd’enseignement supérieur location des ressources rares (color-blindness) ; publics aux cas (de plus en plus rares) où celled’autre part, une norme « méritocratique », en ci aurait spécifiquement pour but de corriger vertu de laquelle toute position convoitée par une discrimination antérieure dont l’université une pluralité de candidats elle-même – et non les pouvoirs Le nombre de Noirs devraitrevenir à celui d’entre publics dans leur ensemble – se eux qui serait le plus qualifié serait rendue coupable à l’enet d’Hispaniques pour exercer la fonction à contre d’individus précisément au sein de la population identifiés. En novembre 1996, pourvoir. De ce fait – et pour d’autres dans le cadre d’un référendum étudiante des raisons d’ordre plus conjonctud’initiative populaire organisé...
tracking img